Archives de la catégorie : Livres

La fin des villes, reprise de l’action

Alternatives citoyennes et habitantes
aux Métropoles et à leurs Méga-Régions

La réforme territoriale a entériné et accéléré la métropolisation de nos territoires : soutien au développement des grandes villes, multiplication des grandes prospectives d’aménagement, prolifération de leurs grands projets…
Le productivisme de la sainte croissance retrouve en cela un ressort important. Dans le même temps, mobilisations et alternatives se sont multipliées.
Tout le territoire national est à ce jour pratiquement concerné, pour ne pas dire occupé. Et ce mouvement est aussi tangible à l’étranger.
Après les Actes I et II de la reprise par la critique (Carnets de la décroissance numéro 2), nous voici à l’Acte III (Carnets de la décroissance numéro 3), celui de la reprise par l’action. Plus de 150 initiatives sont analysées, partout en France, dans leurs liens à la décroissance et à des à-venir déjà présents.
Entre résistance et dissidence, entre opposition et sécession, entre collectifs organisés et engagements plus individuels, depuis les villes jusqu’à surtout leurs marges et leurs dehors, toutes ces actions manifestent des communs face au virage néolibéral de nos sociétés : ménagement et respect de la terre par son habiter, entraides et solidarités par la coopération, ou encore nouvelles formes, réellement démocratiques, de l’action collective par l’autonomie.

Ouvrage coordonné par Guillaume Faburel et Mathilde Girault enseignant-chercheurs en urbanisme et géographes associant 15 autres contributeurs, tou-te-s militant-e-s et/ou chercheur-e-s. Format A5 – 140 pages – 7 €

Publié dans Livres | Commentaires fermés sur La fin des villes, reprise de l’action

La Gazette de Gouzy Recueil 2014-2016

Découvrez ou redécouvrez La Gazette de Gouzy, un média indépendant, gratuit et sous un format original : celui de la bande dessinée.
Ils avaient fait un numéro entièrement dédié à la Dotation Inconditionnelle d’Autonomie en 2015.

Ce « recueil de soutien » contient les onze numéros de la Gazette parus entre 2014 et 2016, dans un format de lecture plus confortable (A4), ainsi que des « bonus » (ébauches de planches, photos…) pour vous faire partager la vie de la gazette.

Parmi les sujets abordés : l’agriculture intensive et les AMAP, les monnaies locales, la lutte de Sivens, la démocratie, la COP 21, le Grand Marché Transatlantique (TAFTA), le mouvement Nuit Debout…

Le recueil (130 pages !) vous est proposé à un prix « militant » : 8,55 euros + 5,26 euros (frais de port & TVA). Chaque numéro vendu nous rapporte 2 euros.

Pour avoir un aperçu de La Gazette de Gouzy : http://lagazettedegouzy.fr

Publié dans Livres | Commentaires fermés sur La Gazette de Gouzy Recueil 2014-2016

Les Editions Utopia reconnues par la bibliothèque du centre Pompidou de Beaubourg

La bibliothèque du centre Pompidou, à travers son festival « hors piste » sur l’art de la révolte, vient de mettre en avant l’excellent travail d’une petite maison d’édition :

les éditions Utopia

Ce sont elles qui avaient permis la sortie de l’ouvrage « Un projet de Décroissance, manifeste pour une Dotation Inconditionnelle d’Autonomie ». La richesse et la variété de leur catalogue sont autant de graines permettant d’enrichir la réflexion et de travailler la transition.
Récemment, elles viennent de publier « Tirons la langue, plaidoyer contre le sexisme dans la langue française », de Davy Borde, un ancien compagnon du PPLD. Excellente nouvelle, car c’est à tous les niveaux que nous devons agir.

.

Publié dans Le monde culturel, Livres, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Les Editions Utopia reconnues par la bibliothèque du centre Pompidou de Beaubourg

Décroissance. Vocabulaire pour une nouvelle ère

de Giacomo D’Alisa, Federico Demaria et Giorgos Kallis

source pour le commander

 EN PARTENARIAT AVEC VOUS !

Découvrez  en détail tous les concepts liés à la décroissance, dans un immense ouvrage comparable à un dictionnaire.

Lorsque la langue usuelle ne permet plus d’exprimer ce qui demande à être articulé d’urgence, c’est qu’il est temps d’apprendre un nouveau vocabulaire.

Ce livre étudie les principaux mots-clés de la décroissance et  fournit une véritable boîte à outils pour penser une transformation radicale de nos sociétés qui mette enfin l’accent sur l’idée de « vie bonne ».

Paru initialement en Grande-Bretagne et en Espagne, traduit par nos soins pour la première fois en français, ce projet ambitieux nous engage, à la fois financièrement et en tant qu’éditeur de référence sur le sujet. Nous avons besoin de vous pour soutenir cette opération en en parlant le plus possible autour de vous ; et nous vous proposons également une offre de souscription.

Prix public en librairies à partir du 5 novembre 2015 : 25 € TTC
Prix en souscription dès maintenant (envoi du livre fin octobre) :19 € TTC

Chaque édition dans un nouveau pays s’enrichit de nouvelles contributions, et l’édition française contiendra des textes inédits de Paul Ariès, Anna Bednik, Serge Latouche, Xavier Renou, Agnès Sinaï…

(suite…)

Publié dans Livres | Commentaires fermés sur Décroissance. Vocabulaire pour une nouvelle ère

Les précurseurs de la Décroissance

Revenir sur les sources proches ou lointaines du projet de construction d’une société d’abondance frugale est une juste reconnaissance de dette et une source d’enrichissement. Des petits volumes pour faire connaître à un large public la richesse et la complexité de la pensée de la décroissance, en deux parties : un spécialiste présente l’auteur, puis un texte ou un ensemble d’extraits de textes de l’auteur illustrent sa vision. Lire aussi : clic

Une collection dirigée par Serge Latouche

Voir les détails : clic

Pack 10 titres : clic

 

Publié dans Actualités, Livres | Commentaires fermés sur Les précurseurs de la Décroissance

« Le commerce équitable et éthique – Opportunités et limites » par Thierry Brugvin

Le commerce équitable et éthique
Opportunités et limites

L’esprit économique – Le Monde en Questions
DÉVELOPPEMENT, TIERS-MONDE ECONOMIE ECONOMIE SOCIALE

Par Thierry Brugvin

Les ONG du commerce équitable et éthique (la Responsabilité Sociale des Entreprises), militant pour le développement des labels et des codes de conduite, cherchent, à court terme, à renforcer la régulation des normes sociales, sa légitimité et sa démocratisation. Mais c’est au risque d’un excès de privatisation. En effet, l’inspection du travail, qui relève d’une régulation publique, se voit progressivement remplacée par une régulation privée par des organismes d’audit, dans les pays en développement tout d’abord. Les auditeurs sont généralement considérés comme indépendants.  Or ils dépendent en partie des entreprises qu’ils contrôlent, puisqu’elles les rémunèrent. Les entreprises auditées pourraient être financées plutôt par les pouvoirs publics qui choisiraient et payeraient les auditeurs privés pour la vérification. Ainsi, les auditeurs privés gagneraient en indépendance économique. Les associations citoyennes continueraient à exercer leurs actions dénonciatrices, afin d’y renforcer leur contrôle démocratique, à la fois envers les auditeurs privés et vis-à-vis des pouvoirs publics. Enfin, dans ce livre une autre piste est aussi explorée pour réguler le travail au plan international : un système de préférence généralisée plus adapté.

 Thierry Brugvin est docteur en sociologie politique. Il a réalisé une thèse sur le commerce éthique et équitable à l’EHESS. Il a publié aussi une quinzaine de livres collectifs et une trentaine d’articles individuels sur les relations Nord-Sud, la gouvernance globale, l’influence adémocratique des élites, l’autogestion et l’objection de croissance.

Pour commander : http://www.editions-harmattan.fr/

(suite…)

Publié dans Livres, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur « Le commerce équitable et éthique – Opportunités et limites » par Thierry Brugvin

Aux origines de la Décroissance sur France Culture avec Serge Latouche

france-cultureEn 5 émissions sur France Culture, revenons aux origines de la Décroissance (les précurseurs) avec Serge Latouche, interviewé par Thierry Paquot :

Serge Latouche, né en 1940 à Vannes (Morbihan), est un des principaux théoriciens de la « décroissance », du reste il se présente volontiers comme un « objecteur de croissance ». Mais on ne naît pas « objecteur de croissance » on le devient et c’est cet itinéraire qu’il retrace à grands traits au cours de ce « À voix nue ». En effet, économiste de formation, certes critique et marxisant, il accepte alors l’idée que tous les pays, que tous les peuples, puissent se développer et accèdent au bien-être, mesuré par des critères de satisfaction des besoins. Cette idée largement partagée il n’hésite pas dorénavant à la rejeter et à la combattre pour « déséconomiser » les esprits en quelque sorte et dénoncer cette illusion développementiste, y compris dans sa version « durable ». Depuis plusieurs décennies il étudie les alternatives au capitalisme qui surgissent ici ou là afin de contrer le productivisme et oeuvre pour une société de sobriété heureuse qui rompt avec le jetable, « l’obsolescence programmée », les inégalités, les exclusions (tant sociales, territoriales, numériques que générationnelles ou sexuelles) et les abus de pouvoir d’où qu’ils viennent. En ce sens il réconcilie « écologie » et « anarchie ».

Ecoutez les cinq émissions ci-dessous

(suite…)

Publié dans Livres, Revue de médias | Commentaires fermés sur Aux origines de la Décroissance sur France Culture avec Serge Latouche

« Il en faut peu pour être heureux » Etienne Helmer

L’épicurien, le vrai, postule que l’humain est profondément malheureux, parce qu’il se trompe sur la réalité du plaisir qu’il associe à la possession, au pouvoir ou à la gloire. De quoi remettre en cause la vision faussée que nous avons aujourd’hui d’Epicure.
De ce postulat, il découle en effet qu’Epicure voit dans l’autolimitation, un des moyens d’atteindre la tranquillité de l’âme, et dans l’absence de douleur, la persistance du plaisir. On pourrait croire qu’Epicure est donc l’exemple même de l’Objecteur de Croissance dansant sur le pied de la simplicité volontaire. Pourtant, en dénonçant l’ambivalence du progrès technique (qui libère l’homme en même temps qu’il l’amollit et qui représente une violence, en premier lieu pour la nature), ses disciples contraignent l’activité économique et son rythme à n’être mesuré que par le besoin nécessaire, et l’éthique. Une économie où la possession, et l’accumulation de biens n’a de sens que par le partage et le don qu’elles permettent, et où le travail ne s’envisage que par la production du nécessaire au bien commun.

Malheureusement l’ouvrage est trop court pour laisser la place à l’auteur de vulgariser son propos, qui est parfois jargonneux. Se basant sur les rares textes qu’il nous reste d’Epicure, et surtout sur ceux de ses disciples, Etienne Helmer dresse néanmoins le tableau d’un épicurisme qui, loin de l’austérité, n’est en fait que la compréhension des bienfaits de la limitation, en vue d’éviter les angoisses, les craintes et la violence suscitées par l’excès, pour y préférer le plaisir : “Se satisfaire de peu c’est se satisfaire toujours”. Le philosophe, enfin, ne manque pas de conclure qu’aujourd’hui, “le changement radical (…) appelé par la décroissance [suppose] l’appui et le renouveau de la politique plutôt que son effacement”.

(suite…)

Publié dans Le monde culturel, Livres | Commentaires fermés sur « Il en faut peu pour être heureux » Etienne Helmer

« Jacques Ellul contre le totalitarisme technicien » par Serge Latouche

Serge Latouche nous guide à la découverte de l’oeuvre de Jacques Ellul dans un petit livre ayant pour titre « Jacques Ellul contre le totalitarisme technicien« , ouvrant une nouvelle collection des éditions du passager clandestin, « les précurseurs de la décroissance« .

A travers des textes judicieusement choisis, S. Latouche répond aux questions que nous nous posons en tant qu’objecteurs de croissance : en quoi est-ce que la pensée d’Ellul est décroissante ? et en quoi est-ce qu’elle se différencie. Y est abordé également l’absence de projet d’actions collectives ou politiques, Ellul promouvant surtout la simplicité volontaire et la décolonisation de l’imaginaire et rejetant tout à la fois l’utopie et le politique. On y remarquera une phrase « Bien sûr, il est hostile, comme nous, à la fondation d’un parti pour participer au jeu politicien. »

De lecture aisée, c’est une excellente introduction à la pensée « ellulienne » qui donne envie d’aller plus loin.

Dans la même collection, vient de sortir « Epicure ou l’économie du bonheur », présenté par Etienne Helmer, que je m’apprête à entamer avec le même plaisir…

Anisabel

A lire : Jacques Ellul contre le totalitarisme technicien
A écouter : Serge Latouche, Objecteur de Croissance

Publié dans Livres | Commentaires fermés sur « Jacques Ellul contre le totalitarisme technicien » par Serge Latouche

« Un projet de Décroissance » en pleine crise de croissance ?

projet decroissance clermont ferrandIl y a quelques semaines nous publions un article intitulé La transition est en marche : « La prise de conscience des limites, physiques mais aussi anthropologiques, de cette société de croissance s’étend. De plus en plus de gens ressentent un malaise face au consumérisme, mais plus encore face à la perte de sens dans notre travail, aux conséquences désastreuses des plans d’austérité, à ce que nous appelons cette religion de l’économie. »

Ce que nous venons de vivre ces trois derniers mois depuis la sortie de l’ouvrage Un Projet de Décroissance nous le confirme vivement. Oui, il y a des attentes fortes pour du débat, de nouvelles idées, d’autres solutions !

budapest liegey vincent decroissance projetAinsi, à notre grande surprise, Un Projet de Décroissance est très bien accueilli dans les médias : Le Monde, Libération, France Culture, France 5, Rue89, BastaMag, etc. De plus, ces articles sont partagés et suscitent commentaires et discussions riches. Malgré une presse en crise, des journalistes continuent à résister.

Les réunions publiques auxquelles nous participons connaissent une très bonne fréquentation (Paris, Budapest, Metz, Vesoul, Le Havre, Clermont-Ferrand, en attendant la Suisse, Lyon, etc.). De même les débats mettent en évidence des attentes fortes pour des réponses, des solutions applicables rapidement…

le Havre - projet - decroissanceEnfin, nous avons eu la surprise d’apprendre de notre éditeur l’épuisement du Manifeste pour une Dotation Inconditionnelle d’Autonomie dans les librairies en moins de trois mois… ainsi une réimpression d’urgence a été lancée.

Derrière le succès que rencontre « Un Projet de Décroissance », ce sont bien les idées de la Décroissance, au sens large, qui interpellent. L’impasse politique et systémique amplifie les mal-êtres mais pousse également à se questionner et à prendre conscience des limites de ce système. En parallèle, des solutions commencent à se dessiner, des idées nouvelles émergent. Elles sont en rupture avec la pensée dominante.

Alors continuons à discuter, débattre, ouvrir des possibles, mais aussi à nous rencontrer, à nous questionner et à expérimenter. La transition est belle et bien en marche !

Vincent Liegey, Stéphane Madelaine, Christophe Ondet, Anne-Isabelle Veillot.
Un projet de décroissance. Manifeste pour une dotation inconditionnelle d’autonomie, de , préface de Paul Ariès. Les éditions Utopia, 150 pages, 7 euros.
(suite…)

Publié dans Livres, Revue de médias | Commentaires fermés sur « Un projet de Décroissance » en pleine crise de croissance ?

«Le travail, quelles valeurs ?», coordonné par Denis Vicherat

«Le travail, quelles valeurs ?», livre coordonné par Denis Vicherat, préface signée par Dominique Méda, et paru aux éditions Utopia. Editions Utopia

Par Christine Siebert

La «valeur travail» a été promue au rang des «valeurs morales» de notre société. Le travail ne sert pas seulement à survivre matériellement et à accéder à la protection sociale, le travail est également assimilé à l’épanouissement personnel et à la reconnaissance dans la société. C’est toute cette idéologie autour du travail qui est questionnée dans Le travail, quelles valeurs ? – un livre qui est l’aboutissement des travaux du mouvement politique de gauche « Utopia ». Denis Vicherat, président des éditions Utopia, a coordonné la rédaction de ce livre.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Source : RFI

Publié dans Livres | Commentaires fermés sur «Le travail, quelles valeurs ?», coordonné par Denis Vicherat

« Fin de l’occident, naissance du monde » de Hervé Kempf

« Fin de l’occident, naissance du monde » de Hervé Kempf

Remontant au tout début de l’humanité, H. Kempf nous invite à resituer notre société dans la longue chaîne historique qui a vu naître l’être humain jusqu’à notre situation actuelle : le propos est très percutant, tant cette mise au point s’avère indispensable pour pouvoir accéder à une pensée du futur. Bien plus qu’un simple constat sur ce que notre monde est devenu et sur son fonctionnement géo-politique, le livre nous emmène vers une réflexion ambitieuse sur ce que pourrait être notre avenir commun, ce que nous avons coutume de résumer par « décroissance choisie ou récession subie ». Sans toutefois citer une seule fois le mot « décroissance », l’auteur aboutit à l’idée que ce serait la seule solution pour éviter la violence de guerres probables autour de l’énergie et des ressources non renouvelables, afin que les sociétés les plus riches puissent maintenir leur mode de vie, et surtout les personnes les plus riches, quelle que soient leurs origines géographiques.

Le livre est très dense, et se lit avec grand plaisir, c’est pourquoi je n’hésiterai pas à le conseiller comme apportant un regard nouveau sur ces problèmes qui nous préoccupent tant…

Lire aussi, sur le site d’Hervé Kempf : http://www.reporterre.net/spip.php?article3661

Anisabel, du PPLD

Aux éditions Seuil : http://www.seuil.com/livre-9782021084634.htm

Publié dans Actualités, Livres | Commentaires fermés sur « Fin de l’occident, naissance du monde » de Hervé Kempf

Fin de l’Occident, naissance du monde – Hervé Kempf

Paru début janvier 2013 aux éditions du Seuil

Cessons de nous raconter des histoires sur « la crise » !

Et regardons de face le cœur du problème qui se pose à la société humaine en ce début du XXIe siècle : les contraintes écologiques interdisent que le niveau de vie occidental se généralise à l’échelle du monde. Il devra donc baisser pour que chacun ait sa juste part. Autrement dit, l’appauvrissement matériel de l’Occident est inéluctable.

Comment allons-nous vivre cette mutation : en changeant nos sociétés pour nous adapter au mieux à ce nouveau monde, ou en nous opposant au sens de l’histoire, au prix d’un déchaînement de la violence ?

Ce récit phosphorescent d’idées originales prend comme fil conducteur les tribulations de l’humanité depuis son apparition sur terre. Captivant et à rebours du discours dominant, il nous invite à une dérangeante lucidité. Mais ce livre est également habité par un optimisme communicatif : oui, un nouveau monde est possible.

Six idées fortes :

• Appauvrissement matériel : les pays riches doivent s’organiser pour réduire leur consommation matérielle et énergétique.
• Espace écologique : la clé géopolitique du XXIe siècle sera le partage de l’espace écologique planétaire.
• Bio-économie : l’économie va se structurer en fonction de l’utilisation économe des ressources bio-écologiques.
• La force paradoxale de l’Europe : l’Europe a l’avenir devant elle. Parce qu’elle est plus sobre, plus juste et moins agressive que les autres superpuissances. Sa faiblesse fait sa force.
• Le retour des paysans : les paysans vont redevenir une des couches sociales les plus indispensables et les plus porteuses d’avenir – et d’abord pour créer de l’emploi.
• Réduire les inégalités : une diminution drastique des inégalités, tant à l’échelle mondiale qu’au sein de chaque pays, est indispensable pour parvenir à l’équilibre écologique.

…………………….

Fin de l’Occident, naissance du monde est déjà en cours de traduction en espagnol, portugais, coréen et hongrois.
Source : http://www.reporterre.net/

Publié dans Livres | Commentaires fermés sur Fin de l’Occident, naissance du monde – Hervé Kempf

Invitation à la soirée de lancement du livre Un projet de Décroissance le samedi 26 janvier 2013 à 18h au Shakirail (Paris)

manifeste-dia-couvertureNous vous invitons toutes et tous à la soirée de lancement du livre Un projet de Décroissance, Manifeste pour une Dotation Inconditionnelle d’Autonomie

Le samedi 26 janvier 2013 à partir de 17h30 au Shakirail
72 rue Riquet, 75018 Paris

Depuis le début des années 2000 a émergé un nouveau mouvement de pensée autour du slogan provocateur « Décroissance ». A travers la critique radicale de la société de croissance et de son impasse, cet OVNI politique a su enrichir les débats et les discussions.
Ces réflexions ont débouché sur une proposition appelée Dotation Inconditionnelle d’Autonomie (DIA), couplée à un Revenu Maximum Acceptable. Ce manifeste pour une DIA part des origines de la Décroissance et propose des pistes, des réflexions susceptibles d’initier une transition sereine et démocratique vers des sociétés écologiquement soutenables et socialement justes. Il représente en cela un projet de Décroissance.

Programme de la soirée :

– Ouverture des portes à partir de 17h30.
– 18h20 présentation du Shakirail, lieu alternatif géré depuis 2011 par le collectif Curry-Vavart qui est composé d’artistes et d’artisans investissant des lieux dans Paris afin d’y installer des ateliers, des salles de répétitions, des espaces d’échanges et de convivialité, des habitations, etc.
– 18h30 présentation des éditions Utopia.
– 18h40 présentation du livre Un projet de Décroissance, Manifeste pour une Dotation Inconditionnelle d’Autonomie par les auteurs.
– 19h20 Discussion.
Ensuite pot de la convivialité avec vin, bière, punch et jus-de-fruit bio accompagné d’une bonne soupe chaude, de tartines et de gâteaux, le tout dans une ambiance chaleureuse et festive.

Concert à l'occasion des Portes Ouvertes de La ChapelleInfos pratiques :Le jardin partagé du Shakirail

Attention : fermeture des portes à 18h30 !
Inscription par courriel : contact [ at ] projet-decroissance.net ou sur cette page.

Entrée et repas : prix libre
Boissons et bouquins : prix fixe

Couvrez-vous bien, la salle est très froide !

Et aussi :

Retrouver les rencontres à venir : Agenda

Publié dans Actualités, Agenda du P.P.L.D., Livres, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Invitation à la soirée de lancement du livre Un projet de Décroissance le samedi 26 janvier 2013 à 18h au Shakirail (Paris)