Archives de la catégorie : Revue de presse

Face à la vulnérabilité de nos sociétés, ce que porte la Décroissance

« Comment réconcilier, d’un côté, un horizon social à court terme intégrant l’urgence de survivre, ici et maintenant… et, d’un autre, celui, à long terme, constitué par la richesse véritable des habitants de la planète qui se trouve dans la préservation des services eco-systémiques ? Le système capitaliste n’a pas su résoudre cette équation.
Il faut faire preuve d’audace, sans attendre. C’est ce que nous propose la Décroissance, en réconciliant l’écologie et l’humain. La Décroissance introduit une critique radicale de notre société de consommation, sans hypothéquer nos acquis démocratiques, sociaux ou culturels, et sans empiéter sur l’avenir. Elle propose une remise en question profonde de notre organisation sociétale afin de « faire mieux avec moins ». »

Par Anne-Isabelle Veillot et Cynthia Toupet du PPLD pour Mémoire des luttes.

Source : http://www.medelu.org/

Le 20 août. C’était le 20 août…
Tous les ans, l’ONG Global Footprint Network [1] calcule le jour de l’année où la consommation de l’humanité en ressources naturelles excède ce que la nature est capable de régénérer en un an, sans entamer son capital. C’est le « jour du dépassement », ou « Overshoot Day  » [2]. Nous allons donc vivre jusqu’à la fin 2013 en puisant sur nos stocks…

L’écologie a commencé à prendre une place dans le débat public mondial à partir des années 1970, notamment sous l’impulsion de l’Unesco et de la Conférence des Nations unies sur l’environnement humain, organisée à Stockholm en 1972. Et pourtant, aujourd’hui, cette place reste encore trop limitée au champ du devoir moral, plutôt qu’à celui de la nécessité. Lorsque nous admettrons à quel point la préservation de l’humanité est liée à celle de l’ensemble des services éco-systémiques (des services de la nature rendus à l’homme), peut-être adopterons-nous alors une posture résolument courageuse. Saisirons-nous combien Indira Gandhi avait vu juste quand elle affirmait lors de la conférence de Stockholm (en tant que premier ministre de l’Inde) que « la pauvreté est la forme la plus grave de pollution » ? Ce cercle vicieux entre pauvreté et dégradation de l’environnement semble-t-il si abstrait ? (suite…)

Publié dans Actualités, Billets du PPLD, Revue de presse | Commentaires fermés sur Face à la vulnérabilité de nos sociétés, ce que porte la Décroissance

Souveraineté alimentaire : du droit formel aux expériences internationales en cours

 « Le 17 avril 1996, à Eldorado dos Carajás, dans l’Etat amazonien de Pará, la police militaire a massacré des paysans appartenant au Mouvement des travailleurs ruraux sans-terre (MST). Le bilan s’est élevé à dix-neuf morts. Ce jour-là, 1 500 femmes et hommes appartenant au MST occupaient et bloquaient l’autoroute BR-150. Leur objectif était de faire pression sur les gouvernements, national et fédéral, afin de lancer une réforme agraire. Vers quatre heures de l’après-midi, cent-cinquante-cinq policiers militaires nationaux appartenant à deux brigades ont entouré les manifestants sur l’autoroute, lançant des grenades lacrymogènes, tirant à balles-réelles et ouvrant le feu avec des mitraillettes. En plus des dix-neuf personnes décédées pendant le massacre, trois autres sont mortes des suites de leurs blessures et soixante-neuf blessés ont été dénombrés. Les autorités publiques, la police, l’armée et de puissants propriétaires locaux étaient impliqués dans la planification et le massacre lui-même. »  [1]

Du droit à la souveraineté alimentaire…

Le 17 avril 2013, en commémoration de ce massacre, le réseau international paysan Via Campesina a initié des centaines d’événements à travers le monde, rejoint par de nombreux autres mouvements. Cette journée internationale des luttes paysannes concentrait cette année sa mobilisation contre l’accaparement des terres. La marchandisation de la nature à tout prix s’exprime souvent par des expropriations en masse de personnes vivant de la culture de la terre. Celle-ci est devenue l’objet de spéculation favori de nombreux Etats et grosses entreprises.

Source du texte : http://www.medelu.org/Souverainete-alimentaire-du-droit

(suite…)

Publié dans Billets du PPLD, Revue de presse | Commentaires fermés sur Souveraineté alimentaire : du droit formel aux expériences internationales en cours

« La liberté de consommer est une illusion bien cher payée »

par Agnès Rousseaux de BastaMag (25 mars 2013)

« Nous avons réussi à créer de la misère et du mal-être dans des sociétés d’opulence matérielle », assène Vincent Liegey. L’ingénieur et porte-parole du Parti pour la décroissance ne se contente pas de pourfendre le mythe de la croissance infini. Lui et les co-auteurs du livre « Un projet de décroissance » proposent d’accorder à chacun une « dotation inconditionnelle d’autonomie » : un revenu d’existence qui pourrait ouvrir bien des horizons. Et une invitation à nous questionner sur le sens de notre société.

Source : http://www.bastamag.net/article2987.html

(suite…)

Publié dans Actualités, Revue de presse | Commentaires fermés sur « La liberté de consommer est une illusion bien cher payée »

Julien Da Rocha, un « objecteur de croissance » dans le canton de Lons nord

Originaire de Lorraine, Julien Da Rocha, 31 ans, est arrivé à Lons il y a trois ans pour devenir technicien forestier. « J’ai envie de m’investir dans ce département qui me plaît beaucoup et d’y faire ma vie », explique celui qui sera le seul candidat du collectif des « Objecteurs de croissance » dans le Jura. Une candidature qui s’inscrit dans la lignée de celle du viticulteur Claude Buchot aux dernières régionales.

« Nous voulons réduire l’impact écologique de notre mode de vie et sortir de l’idéologie de la croissance économique. Nous sommes anti-capitalistes et anti-productivistes. On va bien plus loin dans notre vision économique, politique et écologique de la société qu’Europe Écologie par exemple. »

Il n’y aura pas de candidat écologiste à Lons nord mais la concurrence sera rude dans ce canton qui, avec celui de Chemin, compte le plus de candidats au premier tour (sept).

« Nous avons un discours totalement différent de tout ce qu’on entend, estime Julien Da Rocha qui souhaite que sa campagne soit l’occasion de débats. Dans ce cadre, Paul Ariès, le chantre de la décroissance, viendra le 14 mars au Boeuf-sur-le-Toit à Lons pour une conférence-débat sur le thème « la transition vers la décroissance ».

S. C.
Source : le progrès
Publié dans Revue de presse | Commentaires fermés sur Julien Da Rocha, un « objecteur de croissance » dans le canton de Lons nord