La Décroissance arrive en Hongrie

Vincent Liegey, objecteur de croissance, vit entre la Hongrie et la France depuis une dizaine d’années. Il est actuellement à Budapest avec sa femme, Rebeka Szabó, députée verte au parlement hongrois. Cet escargot expatrié se réjouit de voir que le mot « décroissance » vient tout juste d’être traduit dans son pays d’adoption. Pour les polyglottes, cela donne « nemnövekedés ». Si comme partout ailleurs, le mot fait débat, l’action semble joyeusement emboiter le pas à la critique radicale.

La décroissance, mouvement de pensée né en France au début des années 2000, s’est depuis internationalisée, en particulier dans les pays francophones comme la Belgique, la Suisse, ou le Québec, et latins, comme l’Italie et l’Espagne. Récemment, le débat s’est ouvert dans le monde anglo-saxon avec des mouvements comme Transition Town ou plus centrés vers la simplicité volontaire. C’est ce que nous avions pu observer lors de la deuxième conférence internationale sur la décroissance à Barcelone, en mars 2010. De même, dans les pays germaniques et scandinaves, plusieurs groupes locaux ont vu le jour, comme à Berne, par exemple. De plus en plus de rencontres sont organisées. Je pense notamment à celle d’Helsinski, en Finlance, en septembre 2010, avec Serge Latouche. Cette internationalisation de la décroissance nous interpelle. En nous confrontant à de nouvelles approches et cultures, elle nous permet de nous enrichir. De plus, elle rejoint des initiatives et démarches déjà existantes, proches des idées de la décroissance sans même savoir que cette pensée politique existe. On peut assister à la même chose en Hongrie, où le mot « décroissance » vient tout juste d’être traduit en « nemnövekedés » (1). Bref, là-bas aussi, le débat est ouvert.


Débat au Gödör à Budapest sur la Décroissance en mars dernier.

Serge Latouche ambassadeur
Les 23 et 24 mars derniers, la décroissance a fait ses premiers pas en Hongrie, avec un soutien financier de l’Ambassade de France en Hongrie et surtout l’enthousiasme de la traductrice, Zsuzsanna Balogh-Sárközy, du Petit traité de la Décroissance sereine de Serge Latouche. Serge Latouche était à Budapest pour la sortie du livre. Il a participé à trois rencontres qui ont connu un gros succès. Tout a commencé avec une présentation du livre à l’Institut Français de Budapest devant un amphithéâtre comble. Le lendemain, rien de tel que de se rendre dans un temple de l’économie pour mettre en débat la religion de l’économie avec un séminaire sur la décroissance, à la prestigieuse université Corvinus, anciennement dénommée Karl Marx. Enfin, le soir, un dernier débat a eu lieu avec des économistes hongrois dans l’un des hauts lieux convivial, culturel, alternatif et festif que seul Budapest sait nous proposer (Gödör Klub).
À ma grande surprise, le livre, et donc la décroissance, a reçu un accueil plutôt chaleureux et enthousiaste de la part de nos amis hongrois. Peu d’oppositions directes, peu de caricatures comme on en voit encore trop souvent en France. Nous avons plutôt constaté une écoute attentive, mais aussi une certaine déception : où sont les propositions concrètes ? En effet, beaucoup de commentaires, dans les salles de conférences ou sur Internet, aboutissaient à la même conclusion : « oui la société de croissance nous amène toujours plus vite droit dans le mur, mais concrètement qu’est ce que l’on fait pour éviter le crash ? »

Ça bouge à Budapest
Comme on peut le voir en Europe de l’Ouest, la prise de conscience à propos de l’insoutenabilité de la société de croissance et de son absurdité s’accélère en Hongrie aussi. Je suis retourné vivre à Budapest début janvier après avoir passé ces trois dernières années en France. J’ai été très agréablement surpris par le dynamisme et le nombre d’alternatives qui se sont mises en place en si peu de temps. Ainsi, outre les ONG comme Védegylet, qui critiquent de manière radicale l’impasse dans laquelle nous mène cette société de croissance, j’ai découvert plusieurs projets comme ceux des villes en transition à Wekerle, quartier de Budapest, ou encore à Kecskemét, où des jardins communautaires voient le jour un peu partout.  J’ai aussi vu une association qui défend les marchés de quartier alimentés par des producteurs locaux « Szeretem a piacot » (« j’aime le marché »). Il est à noter que Budapest accueille tous les ans la plus grande masse critique (Critical Mass) au monde, avec pas moins de 80 000 vélos en avril 2006 (2). De même, les dernières élections ont vu l’émergence d’un nouveau parti écologiste, Léhet Mas a Politika (« une autre politique est possible ») (3), qui compte aujourd’hui 15 députés (7,5% aux élections nationales en 2010), parmi lesquels des décroissant-e-s.
Autre projet intéressant, A Igrici, village du nord-est du pays, région la plus pauvre, a été lancé un projet de coopérative avec la population Rom. Face à un chômage important, ces populations aidées par des associations ont décidé d’emprunter de l’argent pour acheter des terres et faire pousser des légumes. Ce projet social ne s’est pas fait sans difficultés mais rencontre un certain succès.

Pour le meilleur ou pour le pire ? (4)
Aujourd’hui, la Hongrie connait une crise économique et sociale avec à la fois des régions entières qui font face à des risques de famine, et en parallèle une montée de l’extrême droite qui envoie sa milice défiler dans les villages et menace les populations Roms.
Par ailleurs, la Hongrie interdit l’exploitation d’OGM malgré les pressions de la commission européenne. Elle bénéficie d’un moratoire revalidé par l’Union Européenne qui interdit aux investisseurs étrangers d’acheter des terres. Le prix du foncier reste donc très bon marché et les cultures sont protégées d’un développement destructeur pour les liens sociaux mais aussi pour l’environnement. De plus, une stratégie à long terme et très ambitieuse de relocalisation a été proposées par des membres du gouvernement dans le cadre du ministère de l’agriculture et du développement rural. Ce projet, qui propose la promotion d’une agriculture paysanne de proximité, la création d’emplois locaux, une transition vers une souveraineté alimentaire est actuellement débattu en Hongrie. Une consultation citoyenne a été mise en place. Par contre les lobbies risquent de s’opposer à la mise en place d’un tel projet allant à l’encontre de leurs intérêts.
Enfin, plusieurs rencontres sont prévues avec, par exemple, un colloque sur les circuits courts qui s’organise et qui pourrait être l’occasion de vraiment initier des politiques de transition vers une souveraineté alimentaire afin d’éviter le pire. Le temps n’est plus à la prise de conscience de l’absurdité de la société de croissance, mais à la mise en place d’une transition démocratique vers des sociétés de décroissance à la fois soutenables et souhaitables. La critique, bien que toujours nécessaire, n’est dorénavant plus suffisante. La Hongrie pourrait ainsi être un laboratoire du meilleur avec une transition vers des sociétés de décroissance, avec par exemple l’application du projet proposé ou du pire, avec l’exacerbation des tensions inter-ethniques sur fond de crises.

Vincent Liegey, membre du Parti Pour La Décroissance

(1) Le site de la Décroissance en Hongrie : http://lmv.hu/nemnovekedes
(2) http://www.hu-lala.org/?p=14011
(3) http://lehetmas.hu/
(4) La Hongrie, pour le pire… et le meilleur : http://www.hu-lala.org/?p=15455

A écouter aussi, l’émission francophone de Tilos Radio du 13 novembre 2010 avec Vincent Liegey et Judit Morva, rédactrice en chef du Monde Diplomatique Hongrie : La Décroissance et la Hongrie : http://www.partipourladecroissance.net/?p=5174
Et celle du 19 février 2011 sur les enjeux de la biodiversité avec Csilla Kiss de Védegylet : http://www.partipourladecroissance.net/?p=5843

Source : journal de la joie de vivre de juin 2011 (n°80)

No tags for this post.
Cette entrée a été publiée dans Actualités, Revue de médias. Placez un signet sur le permalien.

One Response to La Décroissance arrive en Hongrie

  1. Pingback : PLUSIEURS EVENEMENTS CET ETE (De la part de Didier) « La bas… dans le Tarn

Les commentaires sont fermés.