Européennes, la Décroissance Politique fait son chemin

« La Décroissance ou la barbarie » par TéléLibre.fr

Depuis plusieurs semaines, et en marge de la morne campagne pour l’élection du parlement européen, nous suivons avec attention la campagne européenne d’un mouvement politique né le 25 avril dernier : Europe Décroissance.

Il ne s’agit  pas d’un parti, c’est la réunion des différentes mouvances de la décroissance française. Une union entre le PPLD (Parti Pour La Décroissance) et le MOC (Mouvement des Objecteurs de Croissance) qui s’élargit désormais à tout ce que la France compte d’ “objecteurs de croissance”. Mais qu’est ce que la décroissance? Qui ose prononcer ce mot, qui nie à lui seul l’idée mondialement établie que seule la croissance est porteuse d’avenir pour nos sociétés?
La décroissance n’est pas une idée neuve, bien au contraire. Elle est née dans l’écologie politique des 70’s. Il s’agit d’abord d’une théorie économique prenant à contre pied l’idée même qu’une croissance économique puisse être durable. Pour les décroissants “une croissance infinie dans un monde fini est une absurdité”. Au placard donc le concept de développement « durable » ou « soutenable » en vogue aujourd’hui. Mais la décroissance ne s’arrête pas là. Les années passant, elle est devenue un projet politique et social au fondement duquel on trouve une critique de la société de consommation. L’accumulation de biens et la sur-consommation de ressources naturelles qu’elle implique sont critiquées et jugées responsables de la crise écologique actuelle. Mais les objecteurs de croissance vont encore plus loin. Pour eux, l’accroissement continuel de biens de consommation n’implique pas nécessairement une amélioration du bien-être, bien au contraire.
Pour remplacer la société de consommation, les décroissants ne proposent pas une croissance négative. Le terme qui les unit n’est qu’un mot obus qui veut mettre à mal les théories économiques dominantes et surtout faire réfléchir. Pour eux, il est impératif de prendre le temps de fonder des nouvelles sociétés basées non pas sur une accumulation quantitative, mais sur une recherche du qualitatif. Rechercher le bien être avant l’abondance, le long terme avant le court terme.

Pourquoi la politique?

Ces idées sont de plus en plus présentes dans nos sociétés, surtout depuis la large prise de conscience des enjeux écologiques de notre temps. Mais la décroissance fait toujours figure de Petit Poucet dans la cour des théories politiques. Alors pourquoi entrer en politique? Comme ils le disent eux-mêmes, ils font une campagne non-électoraliste. Leur but n’est pas de siéger au Parlement européen. S’ils font campagne, c’est simplement pour faire parler de la décroissance et proposer aux français un autre point de vue. Ne pas être en quête de voix leur permet une certaine franchise, sur la crise, sur la société, sur les problèmes énergétiques, ce que les autres partis ne pourraient pas se permettre. S’il est important pour eux de communiquer aujourd’hui, c’est parce qu’il ne croient pas en un quelconque grand soir. Bien qu’ils estiment que la situation dans laquelle se trouve nos sociétés est critique, ils n’envisagent pas la décroissance comme un dogme qui pourrait un jour remplacer celui de la croissance. Le cheminement doit avant tout se faire dans l’esprit des populations. La décroissance ne s’impose pas, elle se choisit.
Pour les élections européennes, il faut bien dire que le Petit Poucet a su mobiliser toutes ses forces. Europe Décroissance sera présent dans les six principales circonscriptions françaises (Nord-Ouest, Ouest, Est, Sud-Ouest, Sud-Est et Île-de-France). Aucun politicien de profession sur ces listes mais des hommes et des femmes de tous les horizons. Les militants étaient invités à imprimer eux-mêmes les affiches électorales et les professions de foi.

Imprimer son bulletin de vote avant de se déplacer…

Pour ce qui est des électeurs, ils devront télécharger et imprimer leur bulletin de vote chez eux, il n’y en aura pas dans les bureaux de vote! Mobiliser le monde et les moyens pour faire campagne n’aura pas été simple mais l’appel à volontaires a porté ses fruits et leur aura surtout permis d’avoir accès à la campagne officielle. Et comme les décroissants ne font rien comme tout le monde, leur clip de campagne est un véritable OVNI.

Dimanche, ils ne créeront vraisemblablement pas la surprise, mais ils se disent prêt à remettre ça pour les régionales. Affaire à suivre donc.

Antoine Sanchez
Image : Adrien Kaempf
Montage : Smaïn Belhadj

Cette entrée a été publiée dans Europe-Décroissance, Revue de médias. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.