Présidentielles : croissance, le pacte impossible

Le mot magique est de retour. A dix jours du deuxième tour des élections présidentielles, la croissance est plus que jamais présentée comme la solution à tous nos problèmes. En témoignent les débats autour du « pacte de croissance » de Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne (BCE) (1). Cette « vérité » étant supposée définitive par les candidats et présentée comme indispensable aux français, c’est alors à celui qui saura le mieux relancer la croissance.

La mythologie de la croissance (3) veut que l’augmentation du PIB fasse baisser le chômage, ce est qui complètement faux depuis les années 70 (5). D’autant plus qu’un volant de chômage est nécessaire au bon fonctionnement du capitalisme, afin que le travail reste une valeur marchande négociable pour l’employeur. En revanche, ce qui est vrai, c’est que les recettes fiscales de l’état sont indexées au taux de croissance. Plus il y a de croissance, plus le budget de l’état est élevé. C’est pour cette raison que les gouvernants ont besoin de croissance, et qu’en l’absence de celle-ci, ils ont recours à la dette. La mythologie économique, du point de vue des candidats aux élections, est secondaire. De plus, elle reste une mythologie.

En effet, même dans les milieux scientifiques, économiques et politiques, il est admis qu’une croissance illimitée n’est pas possible (2). Et ce, pour des raisons environnementales, sociales et sociétales. Est-ce à dire qu’il faut organiser la rigueur ? Non. Ni rigueur, ni relance. La « rilance » est une imposture (3) qui n’est ni durable ni souhaitable. Il n’y a rien de pire qu’un taux de croissance négatif dans une société de Croissance. Il n’y a qu’une seule solution pour que la récession ne s’apparente pas à la barbarie (3), c’est de changer de paradigme.

Ce paradigme est celui des objecteurs de croissance, radicalement anti-capitaliste, anti-productiviste, écologiste, féministe, et internationaliste. Il propose des solutions à la fois justes socialement et soutenables écologiquement : Dotation Inconditionnelle d’Autonomie (revenu inconditionnel , gratuité des besoins de base couplée à une forte progressivité des prix pour la consommation supplémentaire, services publics, démarchandisation, monnaies locales fondantes et monnaie nationale), alliée à un Revenu Maximum Autorisé, Relocalisation et circuits courts (agriculture, productions manufacturées,…), agriculture écologique, sortie de l’industrialisme, sortie des nucléaire & transition énergétique, et entrée dans la 1ère démocratie (4).

.
(2) Une preuve récente parmi tant d’autres
Senat – Travaux de commission Commission d’enquête sur le coût réel de l’électricité – M. Jean-Marc JANCOVICI, ingénieur conseil : http://videos.senat.fr/video/videos/2012/video12508.html
Des revues de presse : http://www.decroissance.org/
.

(4)
appel pour les législatives : http://decroissance-elections.fr/legislatives-2012/

Dotation Inconditionnelle : http://www.partipourladecroissance.net/?page_id=6993

(5)

http://france-inflation.com/img/chomage.gif
Taux de chômage (%)
http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMHistoComplexe?langue=fr&annee=2000&annee2=2000&codeStat=NY.GDP.PCAP.KD&codePays=FRA&type=5&compareMonde=2&definitionMinimum=5&codeStat2=x
PIB par habitant
En France, l’évolution du taux de chômage n’est pas corrélée à l’évolution du PIB par habitant.

Sources
http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/tend/FRA/fr/NY.GDP.PCAP.KD.html
http://france-inflation.com/graph_chomage.php
http://france-inflation.com/dette_publique_france_1950.php

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Campagnes 2012, Communiqués de presse. Placez un signet sur le permalien.

One Response to Présidentielles : croissance, le pacte impossible

  1. Pingback : Caveat emptor » Une lecture Décroissante du vote pour l’extrême droite : le symbole de l’échec d’un modèle de civilisation ?

Les commentaires sont fermés.