Archives de la catégorie : Communiqués de presse

Lettre ouverte à M. Aphatie : oui, organisons la décroissance !

L’essayiste Vincent Liegey revient sur les propos de l’éditorialiste qui a défendu la décroissance, afin de lui expliquer qu’il s’agit d’un vrai projet politique.

Cher Monsieur Aphatie*,

C’est avec beaucoup d’attention que j’ai écouté votre chronique Canicule : « Il faut organiser la décroissance ! » du 24 juin sur Europe 1. M’intéressant à la décroissance depuis plus d’une décennie, je souhaite revenir sur vos propos et suivre votre invitation : oui il faut organiser la Décroissance. Mais qu’est-ce que cela implique vraiment ?

Une canicule politique

Vous commencez par faire le lien entre la « canicule » qui serait fondamentalement « politique », « tout le monde en convient ». Oui, le « dérèglement climatique », tout comme la chute de la biodiversité, la raréfaction des matières premières, l’explosion des inégalités, le discrédit grandissant envers les institutions politiques et médiatiques, les crises économiques, sont bel et bien le fruit de « l’activité humaine » : la nôtre, celle de la civilisation occidentale. Nous parlons bien de la civilisation thermo-industrielle, accro à la croissance, dont l’imaginaire est englué dans la religion de l’économie, de l’innovation, du toujours plus. Ensuite, vous faîtes, et je ne peux que vous en féliciter, une critique juste et scientifiquement démontrée, de l’imposture de la « croissance verte » portée par des « esprits malins ». « Le mot est faux », « le concept n’existe pas ».

« Normalement, théoriquement, ce que la politique a fait, elle peut le défaire. »

Et vous continuez : « Nous savons ce que nous devons faire, et s’il faut le résumer […] nous devons moins voyager, moins consommer et moins produire […] Ce qu’il faut organiser c’est la décroissance ! »

Pour finalement conclure : « Ça, c’est facile à dire, et c’est impossible à faire. »

« Mais comment organiser la décroissance quand sur la terre des centaines de millions de personnes ne mangent pas à leur faim » puis « quand nous attend l’explosion démographique […] Comment la décroissance dans ces conditions là ? Nous sommes prisonniers. »

« Nous ne savons pas comment changer nos modes de production pour y faire face. »

Pour finalement conclure : « Eh je vais vous le dire on va avoir chaud ! »

Donc, si je comprends bien et pour résumer de manière peut-être un peu caricaturale, il faut la décroissance sinon on va dans le mur, tous les indicateurs le montre et vous les connaissez. On en convient tous d’ailleurs mais comme les oubliés du système n’en voudraient pas alors on refuse le changement … on poursuit notre course en avant, notre quête désespérée de croissance, tout en continuant de les laisser de côté.

La décroissance : un projet

« Tout le monde en convient » ? Eh bien non. Cette posture est représentative d’une croyance bien ancrée dans nos sociétés : la mise en place d’un projet de Décroissance serait préjudiciable aux plus démunis. (suite…)

Publié dans Actualités, Communiqués de presse | 1 commentaire

Europe Décroissance 2019 : la décroissance, c’est le bon sens

Le PPLD soutien le collectif qui participe aux élections Européennes de 2019. Prises de contacts, bulletins de vote, liste, clips de campagne, toutes les informations se trouvent sur le site http://decroissance-elections.fr/

Pour toute question, merci de vous adresser à decroissance2019@laposte.net

.

Publié dans Actualités, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Europe Décroissance 2019 : la décroissance, c’est le bon sens

Sur le terrain, les « utopies concrètes » font vivre la décroissance

Si les « utopies concrètes » se multiplient – monnaies locales, circuits courts… – la décroissance est plus discrète sur le terrain des idées. Les auteurs de cette tribune appellent à la vigilance : pour éviter leur récupération par le système marchand, « les réflexions ne doivent pas rester cantonnées aux cercles militants ».

Gwenhaël Blorville est docteur en sociologie et rédacteur en chef de La Gazette de Gouzy –- le journal dessiné de la décroissance. Paul Ariès est politologue et délégué de l’Observatoire international de la gratuité. Vincent Liegey est essayiste, coauteur d’Un Projet de décroissance (Éditions Utopia, 2013). Tous deux sont parrains de cette gazette militante et gratuite.

Source : https://reporterre.net/sur-le-terrain-les-utopies-concretes-font-vivre-la-decroissance


Presque vingt ans après son apparition, la décroissance se fait en apparence plus discrète. L’idée de remettre en cause la croissance économique comme fin en soi n’a cependant pas disparu, loin s’en faut. Si le terrain des idées se fait moins visible, il n’est pas déserté pour autant mais l’heure est désormais aux « utopies concrètes » locales. Les expérimentations sur le terrain foisonnent : des monnaies locales aux circuits courts, en passant par le retour de communs, d’ateliers de réparation ou encore de zones de gratuité… La décroissance infuse lentement des pans entiers de la société.

La décroissance, un mouvement irrécupérable par le capitalisme

(suite…)

Publié dans Actualités, Billets du PPLD, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Sur le terrain, les « utopies concrètes » font vivre la décroissance

Appel à participation – Europe Décroissance 2019

Le collectifs « nous sommes Parti-e-s Pour La Décroissance » soutient

Sans faire l’unanimité parmi les décroissants les participations électorales constituent depuis plus de 10 ans un mode d’expression pratiqué par certains d’entre nous. Ces expérimentations font partie de la diversité des initiatives décroissantes, permettent de défricher de nouveaux chemins et rendent possible l’appropriation des contraintes et des potentialités offertes par les élections.

Au delà du consensus d’une démocratie directe locale, cohérente avec la relocalisation des activités en bio-régions autonomes,  nous jugeons important de préciser les étapes de transition vers la soutenabilité des macro-systèmes de production et de distribution très centralisés dont dépend aujourd’hui la vie de millions de personnes.

Réfléchir au pouvoir exclusivement en terme de démocratie locale, au prétexte qu’elle seule permet  un contrôle direct « par la base », c’est s’enlever un droit de regard sur la gestion de ces macro-systèmes qu’on veut voir décroître, et laisser le champ libre à ceux qui veulent les faire croître encore, jusqu’à leur effondrement.

C’est pourquoi nous proposons, à côté de nos engagements respectifs, de travailler les 3 prochains mois à la médiatisation et à la visibilité des idées de la Décroissance, de ses acteurs et de ses messagers, autour d’une initiative électorale qui laisserait la plus grande place possible au tirage au sort, à la démocratie directe et au foisonnement des approches décroissantes.

Etant donné les délais et les moyens limités dont nous disposons nous proposons de faire essentiellement une campagne de communication participative et numérique afin que la décroissance soit présente à l’occasion du suffrage universel du 26 mai 2019.

Nous vous proposons de vous inscrire par retour de courriel à decroissance2019@laposte.net en soulignant l’activité qui vous intéresse et complétant les renseignements ci-dessous. Un cahier des charges est en cours d’élaboration pour les postes sensibles.

Version PDF : clic
Voir aussi : http://decroissance-elections.fr/

Je souhaite – plusieurs choix possibles – être : (suite…)

Publié dans Elections, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Appel à participation – Europe Décroissance 2019

La décroissance, où en est-on ? (S!lence 467)

Depuis 2002, les idées et les pratiques de la décroissance se diffusent dans la société. Parallèlement, la décroissance n’est plus un sujet tabou sur le plan politique. Après avoir été confrontée à des réactions de mépris, puis de moquerie et d’agressivité, elle est de plus en plus prise au sérieux. Ce dossier revient sur les débats qui animent les acteurs et les actrices de la décroissance, sur la récupération des pratiques de simplicité volontaire et leur réappropriation, sur l’étonnant essor des conférences internationales de la décroissance, sur les réseaux et sur les pratiques qui émergent. Et si vous veniez avec nous faire un petit tour à dos d’escargot dans les paysages actuels de la décroissance ?

Au sommaire du dossier :

  • Décroissants et des débats
  • Une dynamique internationale de recherches décroissantes
  • Cargonomia, une coopérative d’activités décroissante à Budapest
  • Les pratiques de simplicité volontaire, entre récupération et réappropriation
  • A Lyon, les nouveaux réseaux de la décroissance

Un dossier coordonné par Guillaume Gamblin

Et également dans ce numéro :

  • Les algues marines, un fertilisant bio
  • Vous ne casserez pas ! Résistances villageoises aux extensions de carrières
  • Nucléaire : petite histoire de l’uranium
  • Les moyens violents sont incompatibles avec une société anarchiste
  • Europe, ouvre-toi !
  • Et de nombreuses brèves d’actualité, des présentations de livres, des courriers…

Si vous souhaitez découvrir ce numéro en images, le commander ou connaître la revue Silence, rendez-vous sur le site : http://www.revuesilence.net/475

Publié dans Actualités, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur La décroissance, où en est-on ? (S!lence 467)

Aujourd’hui aussi, je mets mon gilet jaune …

Depuis plusieurs semaines, le mouvement des « gilets jaunes » secoue la France : mobilisation citoyenne de masse, routes bloquées, économies en berne. Le gouvernement Macron-Philippe tangue sérieusement. L’état d’urgence a même été évoqué pour faire face à une situation quasi-insurrectionnelle. Il serait donc légitime de se demander ce qu’il se cache derrière un mouvement aussi hétérogène et réfractaire à l’ordre établi. Il serait légitime de s’interroger sur son organisation, ses modes de contestation et sa violence.

On pourrait. Mais l’essentiel est de prendre conscience des profonds enseignements à tirer des « gilets jaunes ». Comment en sommes-nous arrivés là ? Quels sont les liens avec les problématiques qui animent les objecteurs de croissance ? Comment la Décroissance peut se positionner ? Quelles mécanismes de sécurités sociales proposer pour aborder sereinement la transition écologique ?

Soyons déjà convaincus que le mouvement des « gilets jaunes » n’est pas uniquement fondé sur la simple contestation de la fiscalité écologique ou, plus largement, contre les taxes. Bien sûr, la taxe sur les carburants a fait office de détonateur, non pas parce que les « gilets jaunes » contestent l’écologie, mais parce qu’ils contestent l’injustice. C’est bien parce que de plus en plus de citoyens sont dans l’impossibilité de vivre dignement que ce mouvement a émergé.

(suite…)

Publié dans Actualités, Billets du PPLD, Communiqués de presse | 1 commentaire

Appel : bientôt il sera trop tard… Que faire à court et long terme ?

En novembre, suite à la publication de l’alerte « Demain il sera trop tard » de 15000 scientifiques, s’engage une discussion entre décroissant-e-s. Il est alors décidé de lancer un appel à la convergence des forces écologiques et altermondialistes. Cet appel est très vite signé par une centaine de personnalités diverses et variées. Nous vous invitons à le découvrir et le signer.

http://initiatives-decroissantes.net/2-cagouilles.jpghttp://initiatives-decroissantes.net/
contact@initiatives-decroissantes.net
Chroniques et actualités de l’appel sur le blog de Mediapart

Nous avons entendu l’appel de plus de 15000 scientifiques de 184 pays paru le 13 novembre 2017 dans lequel ils tirent la sonnette d’alarme sur l’état désastreux de notre planète. Nous avons compris qu’il s’agit de la dernière mise en garde, car si nous ne prenons pas les mesures adaptées « bientôt il sera trop tard ».

Nous, écologistes, altermondialistes, objecteurs de croissance, décroissants, souhaitons tirer les conséquences pratiques de cet appel, puisqu’il est bientôt « trop tard », c’est maintenant qu’il faut agir. Personne n’a aujourd’hui de réponses toutes faites mais nous savons que nous devons changer de paradigme dominant. L’issue n’est pas du côté de l’austérité et de la croissance mais plutôt d’une rupture avec le productivisme, l’extractivisme, la foi béate dans la techno-science, l’autoritarisme, le capitalisme.

Nous devons changer nos modes de production et d’existence, car ils sont à l’origine de la situation actuelle, et l’effondrement des ressources pourrait nous conduire à la barbarie. Mais nous ne partons pas de rien, nous savons que des alternatives existent déjà à l’échelle mondiale, qu’il faut faire converger ; nous savons aussi que le rêve des 99 % n’est pas d’imiter les 1 % contrairement à ce que voudraient faire croire les dominants.

Nous devons changer nos modes de production et d’existence mais nous savons que demain devra être mieux qu’aujourd’hui tout en divisant immédiatement par trois nos émissions de CO2 et en préservant les écosystèmes. Nous ne croyons plus aux lendemains qui chantent parce que nous voulons chanter au présent. La planète est suffisamment riche pour permettre à dix milliards d’humains de vivre bien si nous en préservons la biodiversité et savons vivre en harmonie avec les autres espèces.

Nos combats d’aujourd’hui doivent nous rapprocher de la société de demain.

Si le réchauffement climatique n’est pas endigué drastiquement, cela va provoquer des sécheresses massives et des famines mondiales. Pour que l’humanité ne disparaisse pas comme une entreprise en faillite, nous vous invitons à signer et à faire signer cet appel afin de prendre date en disant que la solution à moyen et long terme est du côté d’une société de la gratuité, émancipée de la contrainte du « toujours plus » de richesses économiques et de pouvoir sur les autres humains, les autres vivants et la planète.

Pour que l’humanité ne disparaisse pas comme une entreprise en faillite, nous vous invitons à signer et à faire signer cet appel afin d’exiger, dès maintenant, la fin des Grands Projets Inutiles imposés (de l’aéroport NDDL à Europacity en passant par le Grand Prix de France de F1), une réduction drastique du temps de travail (travailler moins pour travailler tous mieux), la généralisation des communs et de la gratuité (des transports en commun, des cantines scolaires, des services culturels et funéraires), une réduction drastique des inégalités de revenus et de patrimoine, un élargissement de la démocratie pour aller vers plus d’autonomie et de responsabilisation des peuples.

Tout doit être repensé dans le cadre de la critique de la croissance car la décroissance que nous soutenons ce n’est pas faire la même chose en moins, ce n’est pas l’éloge du sacrifice, c’est déjà construire une écologie des revenus avec un minimum et un maximum décents et revenir à des taux de prélèvement sur la nature supportables, c’est offrir un avenir dans un monde qui n’en offre plus.

Nous, écologistes, altermondialistes, décroissants, objecteurs de croissance amoureux du bien-vivre, appelons à une démarche commune pour construire un projet de transition vers une société d’a-croissance, juste et démocratique. Nous devrons pour cela dire notre volonté de nous rapprocher, afin de créer un mouvement d’idées riche de sa diversité, de mettre en réseau nos compétences et alternatives, de prendre des initiatives, d’initier des résistances, et de préparer des convergences avec tous ceux et toutes celles qui s’opposent à la barbarie qui vient.

Le collectif de décroissant-e-s à l’initiative de l’appel
Paul Ariès, Vincent Bruyère, Thierry Brugvin, Vincent Liegey, Stéphane Madelaine, Jean-Luc Pasquinet, Anne-Isablle Veillot, Christophe Ondet, Michel Simonin, Christian Sunt

Pour signez l’appel et voire les signataires : http://initiatives-decroissantes.net/
Chroniques et actualités de l’appel sur le blog de Mediapart
contact@initiatives-decroissantes.net

Premier.e.s signataires (par ordre alphabétique) :

(suite…)

Publié dans Communiqués de presse | Commentaires fermés sur Appel : bientôt il sera trop tard… Que faire à court et long terme ?

Le Dakar, la poursuite du colonialisme par d’autres moyens

Le Rallye Dakar 2018 se tient en Amérique du Sud du 6 au 20 janvier. Paul Ariès revient sur cette opération folle dont les dégâts humains et écologiques sont innombrables.

Les idolâtres du Dakar savent-ils qu’existe un fil rouge entre les premiers circuits coloniaux du XIXe siècle et ce rallye de la honte symbole de tous les conflits ? L’aventurier (sic) au volant de sa voiture, de sa moto ou de son camion sait-il que ses lointains prédécesseurs soutenaient eux aussi « apporter la civilisation » aux barbares ? Aux origines du Dakar se trouvent non seulement le Paris-Dakar mais le Nice-Dakar-Lac Tchad-Congo en motocyclette du début du XXe siècle. Le chroniqueur de La Revue des sports mécaniques ne fait alors pas dans le dentelle : « Je ne suis pas négrophile ! J’aime le bon noir doux et spontané […] Que parmi les noirs, il y ait une élite intellectuelle digne de respect, égale aux blancs, je ne le nie point, mais ce qui nous blesse c’est de voir la généralité de nos “frères noirs” assimilée à nous-mêmes » [1]. Quelques décennies plus tard c’est le raid Brazzaville-Pointe-Noire, toujours vendu comme une « mission » pas encore qualifiée d’humanitaire mais de civilisatrice : « Les indigènes se précipitaient au seuil des cases, regardant curieusement cette caravane pétaradante, des gosses crasseux essaient de courir après nous » [2]. La mission croise bientôt un marabout : « Dieu qu’il est laid ! » mais la moto « crache sa charge meurtrière. Le marabout s’envole. Notre première victime » [3].

Aucun rallye n’aura suscité autant de réactions négatives (Simone de Beauvoir, Michel Foucault, René Dumont, Haroun Tazieff, Jean-Marie Brohm… et même le pape, sans même parler des milliers d’associations) que le Paris-Dakar, symbole de tous les conflits, y compris de mémoire (civilisation versus barbarie), même si le « barbare » ce n’est plus le « bon-sauvage » (encore que) mais la nature exubérante ; même si le « civilisé » ce ne sont plus le soldat, le curé et le maître d’école, mais le pilote, l’humanitaire, le chef d’entreprise. Le Paris-Dakar est d’autant plus dangereux qu’il est un renouveau plutôt que la continuation du colonialisme d’antan. (suite…)

Publié dans Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Le Dakar, la poursuite du colonialisme par d’autres moyens

« Vers une école sans écrans ? » dossier dans silence n°459 avec « Un Projet de Décroissance »

La numérisation de l’école avance à marche forcée, à grands renforts de budgets et de partenariats public/privé. Au nom de la modernité, évidemment. Au milieu de ces enjeux politiques et économiques, les enseignant·es et les élèves se retrouvent pris·es dans un quotidien habité par les écrans : pour enseigner, pour apprendre, pour faire l’appel en classe, pour communiquer avec les familles ou avec l’administration, etc. Ce dossier fait un bilan critique des impacts écologiques, sanitaires, pédagogiques et sociaux d’un tel plan. Silence interroge des enseignant·es qui se sont regroupé·es pour refuser d’appliquer les directives numériques, et s’intéresse aux alternatives pédagogiques à la numérisation de l’école.

Au sommaire du dossier :
– Le numérique à l’école : refus et résistances, par Guillaume Gamblin
– Un désastre écologique, social et pédagogique, par Guillaume Gamblin
D’un écran à l’autre… la journée d’une collégienne, par Christophe Ondet
– Quelles alternatives pédagogiques à l’école numérique ?, par Guillaume Gamblin
Un dossier coordonné par Guillaume Gamblin

Ci-dessus, l’article de Christophe Ondet dans Silence! Cet article est le 1er d’une trilogie initialement publié sur le site de http://www.projet-decroissance.net/

(suite…)

Publié dans Actualités, Livres, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur « Vers une école sans écrans ? » dossier dans silence n°459 avec « Un Projet de Décroissance »

Appel à des candidatures pour la décroissance aux élections législatives de juin 2017

Pourquoi la décroissance ? Parce qu’il ne s’agit plus d’objecter à la croissance, il s’agit de repasser sous les seuils de soutenabilité sociale et écologique.

Au regard du monde dans lequel nous pataugeons, il est indispensable d’emprunter collectivement le trajet de la décroissance vers des sociétés écologiquement soutenables, socialement décentes et démocratiquement organisées. Étant entendu que cette décroissance passe par la baisse de l’extraction, de la production, de la consommation, des déchets.

La question des limites est un élément crucial de la philosophie politique naissante de la décroissance. Or, les lois sont des limites dont se dotent les Hommes pour réussir à vivre ensemble, c’est une des raisons pour lesquelles il est légitime de se présenter aux élections législatives qui auront lieu les 11 et 18 juin 2017. Notre projet non-electoraliste se doit d’être présent lors de ce débat, sans tomber dans l’illusion d’une élection changeant la société.

Les décroissant.e.s réuni.e.s à Peyrat de Bellac les 29 et 30 octobre 2016, lancent cet appel pour présenter 90 binômes de candidat.e.s décroissant.e.s aux législatives de 2017. Ces candidatures doivent être l’occasion de faire campagne pour rendre visible la décroissance dans le débat public avec des propositions identifiantes et clivantes.

Nous faisons le choix d’être présents aux législatives de manière autonome. Le projet cohérent que nous définissons depuis des années ne peut trouver sa place au sein des partis écologistes (capitalistes) ou d’extrême gauche (productivistes) actuels. De plus, ce projet ne peut se réduire à la transformation de la démocratie représentative (tirage au sort, listes ou candidatures « citoyennes ») portée par de nombreux groupes à chaque élection désormais.

Pour atteindre ce premier objectif de visibilité de la décroissance nous ferons campagne avec nos bulletins, nos programmes et nos affiches, sans quoi notre projet serait à nouveau condamné à l’invisibilité.

Le deuxième objectif est de rechercher les financements public et privé des organisations politiques afin de se donner les moyens financiers de rendre visible la décroissance.

L’engagement politique auquel nous vous appelons nous amènera à écrire ensemble les idées du programme à faire connaître à nos concitoyen.nes.

Retrouver le sens des limites, redonner du sens à nos vies en désirant préserver la vie sur Terre, une vie décente pour nos petits-enfants : n’est-ce pas là une ambition enthousiasmante ?

Nous vous invitons à nous rejoindre. Vous pouvez dés à présent vous organiser localement et prendre contact avec le groupe de travail « Elections ».

? Contacts du groupe de travail Élections du Processus-Décroissance :

Source : Processus Décroissance

Publié dans Agenda du P.P.L.D., Elections, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Appel à des candidatures pour la décroissance aux élections législatives de juin 2017

Des trains de nuit pour une transition dans les transports

Cela fait quelques années que les trains de nuit ne sont plus une priorité : pas assez rapides, pas assez confortables, pas assez modernes. Aujourd’hui, il ne reste que quelques lignes en fonctionnement … pour quelques mois encore.

La fin des trains de nuit est une manifestation supplémentaire du renoncement à prendre le temps de vivre. Nous ne prenons plus le temps du voyage. Le voyage est en train de disparaitre au bénéfice de la destination. L’espace est réduit à un point de départ et à un point d’arrivée. Et entre les deux, que du vide …

Mais ce n’est pas seulement une certaine façon de voyager qui se perd, c’est une fois encore la sacro-sainte « loi » de l’économie qui nous domine. En obéissant à ces « lois », nous remplaçons ce moyen de transport peu polluant et convivial, par du co-voiturage, des avions ou bus low-cost (les externalités n’étant pas à la charge des
entreprises) ou encore des trains de jour avec les lignes à grandes vitesse (LGV). Une certaine vision de l’avenir !

Il est loin le temps où le train maillait notre territoire pour désenclaver certaines zones. Aujourd’hui auto-routes et LGV sont chargés de l’aménagement du territoire, d’un territoire finalement qui n’est plus que traversé, presque caché. Rappelons que la terminologie officielle des trains de nuit est «trains d’équilibre du territoire». Des trains, justement qui permettaient – avec de rares intercités – de voyager avec son vélo sans être obligé de le démonter.

Un des axes de changement soutenu par la Décroissance est la relocalisation ouverte, c’est à dire ; de nombreux petits territoires dynamiques reliés entre eux. C’est pour cela qu’il faut défendre nos derniers trains de nuits. Non comme un vestige d’une société ayant du mal à se séparer de son passé, mais bien pour anticiper les sociétés relocalisées de demain.

Argumentation, actions, pétition: voir https://ouiautraindenuit.wordpress.com/

Le PPLD

(suite…)

Publié dans Billets du PPLD, Soutiens du PPLD | 1 commentaire

Christophe Degennes nous a quitté

christophe-degennes-2010-1Adieu l’artiste

On l’appelait Coincoin,

En 2008, nous avions relancé le PPLD avec lui. Militant dans l’âme, il a largement contribué à construire le mouvement de la Décroissance et à le faire vivre.
Vous l’avez certainement croisé aux (f)Estives de la Décroissance, lors des actions de résistance (à NDDL, lors des contres-G8 ou de rencontres écolos et/ou de gauche). Vous étiez peut-être avec lui à battre le pavé parisien lors des nombreuses manifestations auxquelles il participait, à peindre des banderoles, … ou à refaire le monde jusqu’au bout de la nuit.
Certains se souviendront de son appart’ du 5ème étage, adossé au Sacré Coeur, escale heureuse, pleine de rires et de révoltes.

Christophe Degennes s’est éteint le 11 septembre 2016 au petit matin, entouré d’amis.

Tu nous manqueras

(suite…)

Publié dans Billets du PPLD, Communiqués de presse | 2 commentaires

Le 1er Espace « décroissant » au Forum Social Mondial !

Le comité décroissance conviviale annonce ses activités pour le FSM à Montréal.

Bannière « Communiqué de presse » {JPEG}

Montréal, le 1er Août 2016

Grande première dans l’histoire des Forums Sociaux Mondiaux, le premier comité « décroissance conviviale » s’est créé à Montréal à l’occasion du FSM 2016 qui aura lieu du 9 au 14 Août prochain. Celui-ci parcourra la ville dans le but de déconstruire les préjugés envers ce paradigme et le faire connaître auprès de la population.

Pour cela, le comité décroissance proposera un parcours immersif afin de

« Faire Réfléchir, Expérimenter et Débattre ».

Pour « Faire Réfléchir », un vélo-bibliothèque disponible sur l’espace permettra aux plus curieux de découvrir, à travers ses auteurs fondateurs et ses pensées, l’histoire de ce mouvement.
Egalement, une BD a été réalisée afin d’imaginer le monde de la décroissance par l’art. Première édition sur le thème de la décroissance, celle-ci sortira dès le 10 Août prochain et sera accessible sur l’espace tout au long du FSM.

Pour « Expérimenter  », deux parcours conviviaux à vélo seront proposés, afin de promouvoir des projets alternatifs à Montréal en accord avec les valeursde la décroissance, c’est-à-dire la justice sociale, la soutenabilité et l’autonomie.
Enfin pour « Débattre », une grande conférence-débat rassemblera 5 pointures de la décroissance à Montréal.

Chaque jour le grand public est convié dès 8h sur notre espace pour des rencontres, des partages de connaissances, relaxer en écoutant de la musique live, faire du yoga, tricot, etc…tout en sirotant de bons smoothies ! Déjà plus de300 personnes ont montré leur intérêt de participer à nos activités qui seront, pour chacune d’elle, traduites en Anglais et Espagnol. (suite…)

Publié dans Agenda du P.P.L.D., Degrowth, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Le 1er Espace « décroissant » au Forum Social Mondial !

Invitation à la 5ème Conférence Internationale de la Décroissance (Budapest – 30 août, 3 septembre 2016)

degrowth_conference_budapest_20161-300x298Du 30 août au 3 septembre 2016, se tiendra à Budapest la 5éme Conférence Internationale de la Décroissance.

Cette rencontre prévoit de réunir 600 universitaires et pratiquants de la Décroissance autour d’ateliers participatifs et de plénières. En parallèle, et pour la première fois, un festival ouvert proposera dans toute la ville des ateliers pratiques, des visites d’alternatives où créativité et démocratie participative se mêleront à la convivialité pour imaginer d’autres possibles.

La dernière rencontre de septembre 2014 a connu un vif succès à Leipzig avec pas moins de 3400 participants de 74 pays. Depuis, la Décroissance est de plus en plus présente dans les débats académiques, elle s’internationalise et interpelle, propose, suscite des débats sous diverses formes, de manière décentralisée et participative. Dans un contexte historique, social, culturel et politique stimulant, nous vous invitons à venir dialoguer à Budapest aussi bien avec des universitaires que des expérimentateurs, des activistes que des artistes, mais aussi avec la société civile.

Autour d’une organisation régionale s’appuyant sur un réseau d’alternatives locales dynamiques, diverses approches et perceptions vont se rencontrer autour de discussions sur les relations Nord/Sud ou Est-Ouest, sur les limites de la croissance aussi bien d’un point de vue physique que culturel. Des expérimentations, mais aussi des réflexions, des solutions sur différents niveaux seront proposées, en provenance d’Inde, du Brésil, du Mali, des Balkans ou encore de toute l’Europe de l’Ouest. Partout la question des limites, du bien-être, du sens de nos activités, de la démocratie se pose et partout des solutions sont expérimentées.

Rendez-vous à Budapest à la fin de l’été, pour une nouvelle grande transformation, sereine et démocratique, pour de nouveaux mondes soutenables, relocalisés et ouverts, souhaitables, autonomes et conviviaux.

Plus d’informations pratiques sur www.budapest.degrowth.org et dans notre dossier de presse.

L’équipe d’organisation
contact@budapest.degrowth.org

Pour suivre notre actualité, rejoignez-nous ici.

Publié dans Agenda du P.P.L.D., Degrowth, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Invitation à la 5ème Conférence Internationale de la Décroissance (Budapest – 30 août, 3 septembre 2016)