Archives de la catégorie : Communiqués de presse

Appel : bientôt il sera trop tard… Que faire à court et long terme ?

En novembre, suite à la publication de l’alerte « Demain il sera trop tard » de 15000 scientifiques, s’engage une discussion entre décroissant-e-s. Il est alors décidé de lancer un appel à la convergence des forces écologiques et altermondialistes. Cet appel est très vite signé par une centaine de personnalités diverses et variées. Nous vous invitons à le découvrir et le signer.

http://initiatives-decroissantes.net/2-cagouilles.jpghttp://initiatives-decroissantes.net/
contact@initiatives-decroissantes.net
Chroniques et actualités de l’appel sur le blog de Mediapart

Nous avons entendu l’appel de plus de 15000 scientifiques de 184 pays paru le 13 novembre 2017 dans lequel ils tirent la sonnette d’alarme sur l’état désastreux de notre planète. Nous avons compris qu’il s’agit de la dernière mise en garde, car si nous ne prenons pas les mesures adaptées « bientôt il sera trop tard ».

Nous, écologistes, altermondialistes, objecteurs de croissance, décroissants, souhaitons tirer les conséquences pratiques de cet appel, puisqu’il est bientôt « trop tard », c’est maintenant qu’il faut agir. Personne n’a aujourd’hui de réponses toutes faites mais nous savons que nous devons changer de paradigme dominant. L’issue n’est pas du côté de l’austérité et de la croissance mais plutôt d’une rupture avec le productivisme, l’extractivisme, la foi béate dans la techno-science, l’autoritarisme, le capitalisme.

Nous devons changer nos modes de production et d’existence, car ils sont à l’origine de la situation actuelle, et l’effondrement des ressources pourrait nous conduire à la barbarie. Mais nous ne partons pas de rien, nous savons que des alternatives existent déjà à l’échelle mondiale, qu’il faut faire converger ; nous savons aussi que le rêve des 99 % n’est pas d’imiter les 1 % contrairement à ce que voudraient faire croire les dominants.

Nous devons changer nos modes de production et d’existence mais nous savons que demain devra être mieux qu’aujourd’hui tout en divisant immédiatement par trois nos émissions de CO2 et en préservant les écosystèmes. Nous ne croyons plus aux lendemains qui chantent parce que nous voulons chanter au présent. La planète est suffisamment riche pour permettre à dix milliards d’humains de vivre bien si nous en préservons la biodiversité et savons vivre en harmonie avec les autres espèces.

Nos combats d’aujourd’hui doivent nous rapprocher de la société de demain.

Si le réchauffement climatique n’est pas endigué drastiquement, cela va provoquer des sécheresses massives et des famines mondiales. Pour que l’humanité ne disparaisse pas comme une entreprise en faillite, nous vous invitons à signer et à faire signer cet appel afin de prendre date en disant que la solution à moyen et long terme est du côté d’une société de la gratuité, émancipée de la contrainte du « toujours plus » de richesses économiques et de pouvoir sur les autres humains, les autres vivants et la planète.

Pour que l’humanité ne disparaisse pas comme une entreprise en faillite, nous vous invitons à signer et à faire signer cet appel afin d’exiger, dès maintenant, la fin des Grands Projets Inutiles imposés (de l’aéroport NDDL à Europacity en passant par le Grand Prix de France de F1), une réduction drastique du temps de travail (travailler moins pour travailler tous mieux), la généralisation des communs et de la gratuité (des transports en commun, des cantines scolaires, des services culturels et funéraires), une réduction drastique des inégalités de revenus et de patrimoine, un élargissement de la démocratie pour aller vers plus d’autonomie et de responsabilisation des peuples.

Tout doit être repensé dans le cadre de la critique de la croissance car la décroissance que nous soutenons ce n’est pas faire la même chose en moins, ce n’est pas l’éloge du sacrifice, c’est déjà construire une écologie des revenus avec un minimum et un maximum décents et revenir à des taux de prélèvement sur la nature supportables, c’est offrir un avenir dans un monde qui n’en offre plus.

Nous, écologistes, altermondialistes, décroissants, objecteurs de croissance amoureux du bien-vivre, appelons à une démarche commune pour construire un projet de transition vers une société d’a-croissance, juste et démocratique. Nous devrons pour cela dire notre volonté de nous rapprocher, afin de créer un mouvement d’idées riche de sa diversité, de mettre en réseau nos compétences et alternatives, de prendre des initiatives, d’initier des résistances, et de préparer des convergences avec tous ceux et toutes celles qui s’opposent à la barbarie qui vient.

Le collectif de décroissant-e-s à l’initiative de l’appel
Paul Ariès, Vincent Bruyère, Thierry Brugvin, Vincent Liegey, Stéphane Madelaine, Jean-Luc Pasquinet, Anne-Isablle Veillot, Christophe Ondet, Michel Simonin, Christian Sunt

Pour signez l’appel et voire les signataires : http://initiatives-decroissantes.net/
Chroniques et actualités de l’appel sur le blog de Mediapart
contact@initiatives-decroissantes.net

Premier.e.s signataires (par ordre alphabétique) :

(suite…)

Publié dans Actualités, Communiqués de presse | Commentaires fermés sur Appel : bientôt il sera trop tard… Que faire à court et long terme ?

Le Dakar, la poursuite du colonialisme par d’autres moyens

Le Rallye Dakar 2018 se tient en Amérique du Sud du 6 au 20 janvier. Paul Ariès revient sur cette opération folle dont les dégâts humains et écologiques sont innombrables.

Les idolâtres du Dakar savent-ils qu’existe un fil rouge entre les premiers circuits coloniaux du XIXe siècle et ce rallye de la honte symbole de tous les conflits ? L’aventurier (sic) au volant de sa voiture, de sa moto ou de son camion sait-il que ses lointains prédécesseurs soutenaient eux aussi « apporter la civilisation » aux barbares ? Aux origines du Dakar se trouvent non seulement le Paris-Dakar mais le Nice-Dakar-Lac Tchad-Congo en motocyclette du début du XXe siècle. Le chroniqueur de La Revue des sports mécaniques ne fait alors pas dans le dentelle : « Je ne suis pas négrophile ! J’aime le bon noir doux et spontané […] Que parmi les noirs, il y ait une élite intellectuelle digne de respect, égale aux blancs, je ne le nie point, mais ce qui nous blesse c’est de voir la généralité de nos “frères noirs” assimilée à nous-mêmes » [1]. Quelques décennies plus tard c’est le raid Brazzaville-Pointe-Noire, toujours vendu comme une « mission » pas encore qualifiée d’humanitaire mais de civilisatrice : « Les indigènes se précipitaient au seuil des cases, regardant curieusement cette caravane pétaradante, des gosses crasseux essaient de courir après nous » [2]. La mission croise bientôt un marabout : « Dieu qu’il est laid ! » mais la moto « crache sa charge meurtrière. Le marabout s’envole. Notre première victime » [3].

Aucun rallye n’aura suscité autant de réactions négatives (Simone de Beauvoir, Michel Foucault, René Dumont, Haroun Tazieff, Jean-Marie Brohm… et même le pape, sans même parler des milliers d’associations) que le Paris-Dakar, symbole de tous les conflits, y compris de mémoire (civilisation versus barbarie), même si le « barbare » ce n’est plus le « bon-sauvage » (encore que) mais la nature exubérante ; même si le « civilisé » ce ne sont plus le soldat, le curé et le maître d’école, mais le pilote, l’humanitaire, le chef d’entreprise. Le Paris-Dakar est d’autant plus dangereux qu’il est un renouveau plutôt que la continuation du colonialisme d’antan. (suite…)

Publié dans Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Le Dakar, la poursuite du colonialisme par d’autres moyens

« Vers une école sans écrans ? » dossier dans silence n°459 avec « Un Projet de Décroissance »

La numérisation de l’école avance à marche forcée, à grands renforts de budgets et de partenariats public/privé. Au nom de la modernité, évidemment. Au milieu de ces enjeux politiques et économiques, les enseignant·es et les élèves se retrouvent pris·es dans un quotidien habité par les écrans : pour enseigner, pour apprendre, pour faire l’appel en classe, pour communiquer avec les familles ou avec l’administration, etc. Ce dossier fait un bilan critique des impacts écologiques, sanitaires, pédagogiques et sociaux d’un tel plan. Silence interroge des enseignant·es qui se sont regroupé·es pour refuser d’appliquer les directives numériques, et s’intéresse aux alternatives pédagogiques à la numérisation de l’école.

Au sommaire du dossier :
– Le numérique à l’école : refus et résistances, par Guillaume Gamblin
– Un désastre écologique, social et pédagogique, par Guillaume Gamblin
D’un écran à l’autre… la journée d’une collégienne, par Christophe Ondet
– Quelles alternatives pédagogiques à l’école numérique ?, par Guillaume Gamblin
Un dossier coordonné par Guillaume Gamblin

Ci-dessus, l’article de Christophe Ondet dans Silence! Cet article est le 1er d’une trilogie initialement publié sur le site de http://www.projet-decroissance.net/

(suite…)

Publié dans Actualités, Livres, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur « Vers une école sans écrans ? » dossier dans silence n°459 avec « Un Projet de Décroissance »

Appel à des candidatures pour la décroissance aux élections législatives de juin 2017

Pourquoi la décroissance ? Parce qu’il ne s’agit plus d’objecter à la croissance, il s’agit de repasser sous les seuils de soutenabilité sociale et écologique.

Au regard du monde dans lequel nous pataugeons, il est indispensable d’emprunter collectivement le trajet de la décroissance vers des sociétés écologiquement soutenables, socialement décentes et démocratiquement organisées. Étant entendu que cette décroissance passe par la baisse de l’extraction, de la production, de la consommation, des déchets.

La question des limites est un élément crucial de la philosophie politique naissante de la décroissance. Or, les lois sont des limites dont se dotent les Hommes pour réussir à vivre ensemble, c’est une des raisons pour lesquelles il est légitime de se présenter aux élections législatives qui auront lieu les 11 et 18 juin 2017. Notre projet non-electoraliste se doit d’être présent lors de ce débat, sans tomber dans l’illusion d’une élection changeant la société.

Les décroissant.e.s réuni.e.s à Peyrat de Bellac les 29 et 30 octobre 2016, lancent cet appel pour présenter 90 binômes de candidat.e.s décroissant.e.s aux législatives de 2017. Ces candidatures doivent être l’occasion de faire campagne pour rendre visible la décroissance dans le débat public avec des propositions identifiantes et clivantes.

Nous faisons le choix d’être présents aux législatives de manière autonome. Le projet cohérent que nous définissons depuis des années ne peut trouver sa place au sein des partis écologistes (capitalistes) ou d’extrême gauche (productivistes) actuels. De plus, ce projet ne peut se réduire à la transformation de la démocratie représentative (tirage au sort, listes ou candidatures « citoyennes ») portée par de nombreux groupes à chaque élection désormais.

Pour atteindre ce premier objectif de visibilité de la décroissance nous ferons campagne avec nos bulletins, nos programmes et nos affiches, sans quoi notre projet serait à nouveau condamné à l’invisibilité.

Le deuxième objectif est de rechercher les financements public et privé des organisations politiques afin de se donner les moyens financiers de rendre visible la décroissance.

L’engagement politique auquel nous vous appelons nous amènera à écrire ensemble les idées du programme à faire connaître à nos concitoyen.nes.

Retrouver le sens des limites, redonner du sens à nos vies en désirant préserver la vie sur Terre, une vie décente pour nos petits-enfants : n’est-ce pas là une ambition enthousiasmante ?

Nous vous invitons à nous rejoindre. Vous pouvez dés à présent vous organiser localement et prendre contact avec le groupe de travail « Elections ».

? Contacts du groupe de travail Élections du Processus-Décroissance :

Source : Processus Décroissance

Publié dans Agenda du P.P.L.D., Elections, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Appel à des candidatures pour la décroissance aux élections législatives de juin 2017

Des trains de nuit pour une transition dans les transports

Cela fait quelques années que les trains de nuit ne sont plus une priorité : pas assez rapides, pas assez confortables, pas assez modernes. Aujourd’hui, il ne reste que quelques lignes en fonctionnement … pour quelques mois encore.

La fin des trains de nuit est une manifestation supplémentaire du renoncement à prendre le temps de vivre. Nous ne prenons plus le temps du voyage. Le voyage est en train de disparaitre au bénéfice de la destination. L’espace est réduit à un point de départ et à un point d’arrivée. Et entre les deux, que du vide …

Mais ce n’est pas seulement une certaine façon de voyager qui se perd, c’est une fois encore la sacro-sainte « loi » de l’économie qui nous domine. En obéissant à ces « lois », nous remplaçons ce moyen de transport peu polluant et convivial, par du co-voiturage, des avions ou bus low-cost (les externalités n’étant pas à la charge des
entreprises) ou encore des trains de jour avec les lignes à grandes vitesse (LGV). Une certaine vision de l’avenir !

Il est loin le temps où le train maillait notre territoire pour désenclaver certaines zones. Aujourd’hui auto-routes et LGV sont chargés de l’aménagement du territoire, d’un territoire finalement qui n’est plus que traversé, presque caché. Rappelons que la terminologie officielle des trains de nuit est «trains d’équilibre du territoire». Des trains, justement qui permettaient – avec de rares intercités – de voyager avec son vélo sans être obligé de le démonter.

Un des axes de changement soutenu par la Décroissance est la relocalisation ouverte, c’est à dire ; de nombreux petits territoires dynamiques reliés entre eux. C’est pour cela qu’il faut défendre nos derniers trains de nuits. Non comme un vestige d’une société ayant du mal à se séparer de son passé, mais bien pour anticiper les sociétés relocalisées de demain.

Argumentation, actions, pétition: voir https://ouiautraindenuit.wordpress.com/

Le PPLD

(suite…)

Publié dans Billets du PPLD, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Des trains de nuit pour une transition dans les transports

Christophe Degennes nous a quitté

christophe-degennes-2010-1Adieu l’artiste

On l’appelait Coincoin,

En 2008, nous avions relancé le PPLD avec lui. Militant dans l’âme, il a largement contribué à construire le mouvement de la Décroissance et à le faire vivre.
Vous l’avez certainement croisé aux (f)Estives de la Décroissance, lors des actions de résistance (à NDDL, lors des contres-G8 ou de rencontres écolos et/ou de gauche). Vous étiez peut-être avec lui à battre le pavé parisien lors des nombreuses manifestations auxquelles il participait, à peindre des banderoles, … ou à refaire le monde jusqu’au bout de la nuit.
Certains se souviendront de son appart’ du 5ème étage, adossé au Sacré Coeur, escale heureuse, pleine de rires et de révoltes.

Christophe Degennes s’est éteint le 11 septembre 2016 au petit matin, entouré d’amis.

Tu nous manqueras

(suite…)

Publié dans Billets du PPLD, Communiqués de presse | 1 commentaire

Le 1er Espace « décroissant » au Forum Social Mondial !

Le comité décroissance conviviale annonce ses activités pour le FSM à Montréal.

Bannière « Communiqué de presse » {JPEG}

Montréal, le 1er Août 2016

Grande première dans l’histoire des Forums Sociaux Mondiaux, le premier comité « décroissance conviviale » s’est créé à Montréal à l’occasion du FSM 2016 qui aura lieu du 9 au 14 Août prochain. Celui-ci parcourra la ville dans le but de déconstruire les préjugés envers ce paradigme et le faire connaître auprès de la population.

Pour cela, le comité décroissance proposera un parcours immersif afin de

« Faire Réfléchir, Expérimenter et Débattre ».

Pour « Faire Réfléchir », un vélo-bibliothèque disponible sur l’espace permettra aux plus curieux de découvrir, à travers ses auteurs fondateurs et ses pensées, l’histoire de ce mouvement.
Egalement, une BD a été réalisée afin d’imaginer le monde de la décroissance par l’art. Première édition sur le thème de la décroissance, celle-ci sortira dès le 10 Août prochain et sera accessible sur l’espace tout au long du FSM.

Pour « Expérimenter  », deux parcours conviviaux à vélo seront proposés, afin de promouvoir des projets alternatifs à Montréal en accord avec les valeursde la décroissance, c’est-à-dire la justice sociale, la soutenabilité et l’autonomie.
Enfin pour « Débattre », une grande conférence-débat rassemblera 5 pointures de la décroissance à Montréal.

Chaque jour le grand public est convié dès 8h sur notre espace pour des rencontres, des partages de connaissances, relaxer en écoutant de la musique live, faire du yoga, tricot, etc…tout en sirotant de bons smoothies ! Déjà plus de300 personnes ont montré leur intérêt de participer à nos activités qui seront, pour chacune d’elle, traduites en Anglais et Espagnol. (suite…)

Publié dans Agenda du P.P.L.D., Degrowth, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Le 1er Espace « décroissant » au Forum Social Mondial !

Invitation à la 5ème Conférence Internationale de la Décroissance (Budapest – 30 août, 3 septembre 2016)

degrowth_conference_budapest_20161-300x298Du 30 août au 3 septembre 2016, se tiendra à Budapest la 5éme Conférence Internationale de la Décroissance.

Cette rencontre prévoit de réunir 600 universitaires et pratiquants de la Décroissance autour d’ateliers participatifs et de plénières. En parallèle, et pour la première fois, un festival ouvert proposera dans toute la ville des ateliers pratiques, des visites d’alternatives où créativité et démocratie participative se mêleront à la convivialité pour imaginer d’autres possibles.

La dernière rencontre de septembre 2014 a connu un vif succès à Leipzig avec pas moins de 3400 participants de 74 pays. Depuis, la Décroissance est de plus en plus présente dans les débats académiques, elle s’internationalise et interpelle, propose, suscite des débats sous diverses formes, de manière décentralisée et participative. Dans un contexte historique, social, culturel et politique stimulant, nous vous invitons à venir dialoguer à Budapest aussi bien avec des universitaires que des expérimentateurs, des activistes que des artistes, mais aussi avec la société civile.

Autour d’une organisation régionale s’appuyant sur un réseau d’alternatives locales dynamiques, diverses approches et perceptions vont se rencontrer autour de discussions sur les relations Nord/Sud ou Est-Ouest, sur les limites de la croissance aussi bien d’un point de vue physique que culturel. Des expérimentations, mais aussi des réflexions, des solutions sur différents niveaux seront proposées, en provenance d’Inde, du Brésil, du Mali, des Balkans ou encore de toute l’Europe de l’Ouest. Partout la question des limites, du bien-être, du sens de nos activités, de la démocratie se pose et partout des solutions sont expérimentées.

Rendez-vous à Budapest à la fin de l’été, pour une nouvelle grande transformation, sereine et démocratique, pour de nouveaux mondes soutenables, relocalisés et ouverts, souhaitables, autonomes et conviviaux.

Plus d’informations pratiques sur www.budapest.degrowth.org et dans notre dossier de presse.

L’équipe d’organisation
contact@budapest.degrowth.org

Pour suivre notre actualité, rejoignez-nous ici.

Publié dans Agenda du P.P.L.D., Degrowth, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Invitation à la 5ème Conférence Internationale de la Décroissance (Budapest – 30 août, 3 septembre 2016)

NDDL, la consultation du dimanche 26 juin 2016 n’a pas agrandi la démocratie mais l’a rapetissée

Le vote de dimanche 26 juin dernier prouve, par l’absurde, que l’un des plus grands dangers d’un grand projet inutile et imposé (GPII), ce serait de rendre inutile la démocratie, en la rapetissant.

La consultation de dimanche n’a pas agrandi la démocratie mais l’a diminuée. Quand les plus fervents défenseurs du projet s’appellent « Les Ailes de l’Ouest », qui peut sérieusement défendre l’idée que les habitants de la seule Loire-Atlantique ont vraiment besoin d’un tel projet ? Alors que les principaux financeurs sont l’État français, les régions Pays de Loire et Bretagne.

Parodier et instrumentaliser/utiliser ainsi la démocratie en dit long sur la capacité de nos gouvernants à la rendre inutile. D’autant que la consultation n’est qu’une des facettes de la démocratie. Une autre facette de la démocratie est la légitimité de la résistance aux abus de la légalité.

Or, aussi faible soit-elle, la déclaration de la COP 21 (1), le 12 décembre 2015, suffit à légitimer la résistance à tout projet de construction d‘un nouvel aéroport, fût-il ou non en remplacement d’un autre, toujours émetteur considérable de gaz à effet de serre (GES) et, à Notre Dame des Landes, destructeur de zones humides, qui sont d’indispensables écosystèmes ayant une fonction directe dans la régulation du climat en réduisant le niveau des émissions de GES (2).

Malgré le résultat de cette consultation, avec l’ensemble des opposants, le mouvement politique des décroissants poursuivra la résistance sur le front même de NDDL.

Toutefois la pugnacité du front dépendra fortement de l’engagement des lignes arrières : tant médiatique, financier, que logistique. Les décroissants organisés dans les différentes régions y contribueront également.

La cohérence politique et écologique, compte tenu des enjeux climatiques globaux, oblige à engager la décroissance sur beaucoup de fronts y compris celui du trafic aérien.

Site : http://processus-decroissance.xyz/ (suite…)

Publié dans Communiqués de presse, Grands Projets Inutiles et Imposés | Commentaires fermés sur NDDL, la consultation du dimanche 26 juin 2016 n’a pas agrandi la démocratie mais l’a rapetissée

Les Editions Utopia reconnues par la bibliothèque du centre Pompidou de Beaubourg

La bibliothèque du centre Pompidou, à travers son festival « hors piste » sur l’art de la révolte, vient de mettre en avant l’excellent travail d’une petite maison d’édition :

les éditions Utopia

Ce sont elles qui avaient permis la sortie de l’ouvrage « Un projet de Décroissance, manifeste pour une Dotation Inconditionnelle d’Autonomie ». La richesse et la variété de leur catalogue sont autant de graines permettant d’enrichir la réflexion et de travailler la transition.
Récemment, elles viennent de publier « Tirons la langue, plaidoyer contre le sexisme dans la langue française », de Davy Borde, un ancien compagnon du PPLD. Excellente nouvelle, car c’est à tous les niveaux que nous devons agir.

.

Publié dans Le monde culturel, Livres, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Les Editions Utopia reconnues par la bibliothèque du centre Pompidou de Beaubourg

東京アピール:核のない世界を実現するための世界的ネットワーク構築への呼びかけ

APPEL DE TOKYO POUR UN RESEAU MONDIAL VERS UN MONDE SANS NUCLEAIRE

??????????????????????????????????2016?3?23???28????????????10?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????
??????????????????????????????????????????????


???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????
????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????1??????????????????????????????????????????????????????2??????????????????????????????????????????????????????3?????????????????????????????????????????????????????????4?????????????????????????????????????????????????????????????????????????????5????????????????????6????????????????????????????????????????
????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????
????????????????????????????????????????????2016?8?8???14??????????????????????????????????????????????????????????????2????????????????????????????????????????????
????????????????????????????3??????????????????1986???31??????????????????????????
2016?3?18???????

APPEL DE TOKYO POUR UN RESEAU MONDIAL VERS UN MONDE SANS NUCLEAIRE

Nous, participant-e-s du 1er Forum social mondial thématique contre le nucléaire civil et militaire, réalisé à Tokyo et Fukushima du 23 au 28 mars 2016, venant de plus de 10 pays de 3 continents, appelons à la création d’un réseau mondial au service de l’intercommunication, de l’appui mutuel et du lancement d’actions communes pour un monde sans nucléaire civil et militaire. (suite…)

Publié dans Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur 東京アピール:核のない世界を実現するための世界的ネットワーク構築への呼びかけ

Une bonne année 2016 … à 30 km/h à l’heure

LVille à vivrea décision de la communauté d’agglomération grenobloise de généraliser, sur 2016, la limitation des véhicules à 30 km/h sur 43 des 49 communes composant l’agglomération grenobloise apparaît comme une vraie bonne nouvelle et une vraie raisons d’espérer en ces temps plus que moroses. Certes, Grenoble n’est pas la première ville à tenter une telle expérience, mais elle est la plus grande. Et elle répond à une précédente décision symbolique de la municipalité, celle de limiter l’affichage publicitaire.

Ralentir la ville, pour une ville plus sereine
En effet, la « ville à 30 », c’est avant tout une mesure qui entend rendre de la sérénité à nos rues puisque l’espace public n’est plus seulement un axe de circulation mais peut devenir un lieu de vie. La mobilité douce est favorisée puisque les rues sont plus apaisées. De la même manière, limiter la vitesse à 30 km/h est avant tout une question de sécurité – bien plus efficace qu’imposer le casque aux cyclistes – puisque la distance de freinage est réduite de moitié et le champ de vision considérablement élargi. Une telle réduction de la vitesse permet de diviser par 9 la mortalité en cas d’accident impliquant un piéton. Mais réduire la vitesse est également un moyen de limiter les nuisances liées aux bruits et à la pollution des véhicules . Moins de bruits, moins d’émissions de gaz toxiques, plus de piétons et de bicyclettes, voilà l’avenir de nos rues avec les « zones 30 ». Cette mesure s’inscrit dans une transition vers une société sans voiture, vers une société qui adopterait une mode de vie moins rapide, vers une société qui relocaliserait son activité … une ville et des vies qui n’en seraient pas moins agréables. Les grenoblois nous le diront.

Agir dans la ville, pour se redonner de l’espoir
Cette mesure prouve que les exécutifs peuvent encore prendre des décisions efficaces. Cette mesure prouve que les expérimentations locales, l’action associative peuvent encore être des moyens de pression pour faire évoluer l’action des exécutifs. Cette mesure prouve que nous ne devons pas totalement ignorer la démocratie représentative bien que nous ne devons pas tout attendre d’elle, loin s’en faut.
Et, alors que l’abstention triomphe, que le FHaine est devenu le premier parti de France, que les décisions des différents exécutifs (qu’ils soient européens, nationaux ou locaux) sont trop souvent aux ordres de l’oligarchie, cette mesure apporte un peu d’espoir. Elle nous dit que nous pouvons encore agir, qu’il ne faut pas tout abandonner.
Faisons de 2016 une année de luttes, de résistances, mais aussi de convivialités et d’espoirs … à vélo ou en terrasse.

Publié dans Actualités, Communiqués de presse | Commentaires fermés sur Une bonne année 2016 … à 30 km/h à l’heure

La COP 21 est finie, vous pouvez reprendre une activité normale

La grande messe du développement durable est terminée. Elle a débouché sur l’Accord de Paris qui entend limiter l’élévation des températures à 1,5 °C. Cet accord reconnaît clairement que c’est bien l’activité humaine qui dérègle le climat. Déjà, rien que cet objectif est un aveu … un aveu de l’échec du système croissanciste puisque c’est bien lui qui nous a amené dans cette situation quasi-inextricable mais, pas de panique, c’est lui qui devrait nous en sortir.

« On ne peut pas résoudre un problème avec le même type de pensée que celle qui l’a créé »
Albert Einstein

HERJICOP21-535x371
Le sapin de l’Elysée, preuve que les temps changent ?
A peine la COP 21 terminée, le sapin de l’Elysée a été livrée :11 mètres de hauteur, 4,5 mètres d’envergure pour un poids de 2 tonnes. C’est un modeste sapin qui trône dans la cour de l’Elysée pour ce Noël 2015. Preuve que le temps de la démesure est fini. Sauf qu’en 2014, il faisait les mêmes dimissions tandis que celui de 2013 était plus … petit : 10 mètre seulement pour 1,5 tonnes.  Ce n’est qu’un symbole mais n’aurait-il pas fallu être exemplaire ?
D’autant plus, que sa livraison a été épique. Il a fallu le faire venir du Morvan après l’avoir arraché à sa terre natale. Il a fallu ensuite le transporter en péniche, sur la Seine, car c’est plus écologique et, bien moins polluant que le camion. L’Elysée parle même d’un acheminement éco-responsable. Certes, le camion a quand même été utilisé puisque le « beau sapin » n’a pas poussé le long de la Seine. C’est seulement 213 kilomètres qu’il a fait sur l’eau, un peu moins même puisque sa péniche a connu une avarie et il a fallu en trouver une autre et, c’est un beau camion qui a dû faire la transition (pas très écologique pour le coup). Nous pouvons nous demander si le comportement le plus éco-responsable n’aurait pas été de ne pas se sacrifier à la tradition du sapin, d’autant plus qu’il a fallu 200 heures pour le décorer avec, notamment 2 kilomètres de guirlandes et presque 200 000 ampoules mais basses consommation. Ouf !

Certes, ce n’est qu’un symbole mais au lendemain d’une COP 21 décrite comme la plus belle et la plus pacifique des révolutions par le président Hollande, le petit matin est bien blême dans la cour de l’Elysée malgré ces lumières de Noël et, confirme que la transition ne viendra pas des oligarques qui nous gouvernent. Pendant ce temps, le monde du ski a également apporté sa contribution en mettant à contribution moult canons à neige pour satisfaire les touristes français avides de ski et d’ivresses. Les mêmes qui envahissent nos montagnes avec leurs automobiles et un matériel toujours plus à la pointe. Une station de sports d’hiver a même fait venir 100 tonnes de neiges par hélicoptère, vive le sport.

« Oui, le 12 décembre 2015 restera une grande date pour la planète. A Paris, il y a eu bien des révolutions depuis des siècles mais aujourd’hui c’est la plus belle et la plus pacifique des révolutions qui vient d’être accomplie : la révolution sur le changement climatique. »
François Hollande

La COP21 et des robocop … pour un échec
C’était prévisible mais l’Accord de Paris sonne creux. Il se félicite, il renouvelle, il demande, il convient mais ne décide de rien. Cet accord a, néanmoins, le mérite d’instaurer une reconnaissance globale de la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique. Il reste une formidable prise de conscience de la part des chefs d’Etat, pourtant régulièrement alerté depuis plus des décennies (ne l’oublions pas).
(suite…)

Publié dans Actualités, Billets du PPLD, Communiqués de presse | 7 commentaires