Grenoble : 1 | Publicité : 0

Profitant de la fin de son contrat avec JC Decaux, la ville de Grenoble a décidé de ne pas le renouveler et de bannir la publicité de ses rues. L’objectif de la nouvelle équipe municipale est de libérer de l’espace public, de développer parallèlement des lieux d’expression citoyenne et d’en finir avec un modèle jugé « obsolète » et « trop aggressif ». La mairie EELV de Grenoble, veut des panneaux « libres, culturels et citoyens »

Au total, c’est 326 panneaux publicitaires qui vont disparaître de l’espace public soit plus de 2 000 m² de publicité. Certes, toute la publicité ne va pas disparaître puisque le contrat liant la ville à JC Decaux court jusqu’en 2019 pour les abris-bus mais Grenoble prend le chemin pour devenir la première grande ville européenne sans publicité. Le manque à gagner de la manne publicitaire sera compensé par la réduction de la rémunération des élus et des frais protocolaires.

Comme Sao Paulo qui avait dès 2006 adopté la loi « ville propre » pour interdire tout affichage publicitaire dans l’espace public, Grenoble s’attaque à cette polution visuelle insupportable qui déploie une idéologie néfaste, celle de la société de Croissance.

La décision de la nouvelle équipe municipale grenobloise démontre qu’il est possible d’agir contre la publicité, que les pouvoirs publics disposent bien d’une marge d’action mais aussi que les résistances et actions, ici des « anti-pub », peuvent déboucher sur des mesures concrètes qui s’inscrivent pleinement dans une transition qui se débarasse des béquilles de la société de Croissance. Il ya donc encore des raisons d’espérer.

Pour aller plus loin à propos de la pub :
« Stop à la publicité« 
« Manifeste contre le système publicitaire »

Pour aller plus loin à propos de cette initiative à Grenoble :
http://adblockurban.zonelibre.info/?p=589

 

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Communiqués de presse, Soutiens du PPLD. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.