Aujourd’hui aussi, je mets mon gilet jaune …

Depuis plusieurs semaines, le mouvement des « gilets jaunes » secoue la France : mobilisation citoyenne de masse, routes bloquées, économies en berne. Le gouvernement Macron-Philippe tangue sérieusement. L’état d’urgence a même été évoqué pour faire face à une situation quasi-insurrectionnelle. Il serait donc légitime de se demander ce qu’il se cache derrière un mouvement aussi hétérogène et réfractaire à l’ordre établi. Il serait légitime de s’interroger sur son organisation, ses modes de contestation et sa violence.

On pourrait. Mais l’essentiel est de prendre conscience des profonds enseignements à tirer des « gilets jaunes ». Comment en sommes-nous arrivés là ? Quels sont les liens avec les problématiques qui animent les objecteurs de croissance ? Comment la Décroissance peut se positionner ? Quelles mécanismes de sécurités sociales proposer pour aborder sereinement la transition écologique ?

Soyons déjà convaincus que le mouvement des « gilets jaunes » n’est pas uniquement fondé sur la simple contestation de la fiscalité écologique ou, plus largement, contre les taxes. Bien sûr, la taxe sur les carburants a fait office de détonateur, non pas parce que les « gilets jaunes » contestent l’écologie, mais parce qu’ils contestent l’injustice. C’est bien parce que de plus en plus de citoyens sont dans l’impossibilité de vivre dignement que ce mouvement a émergé.

Ce mouvement est la conséquence d’un ras-le-bol où tout le monde porte ses idées. Après plusieurs décennies de passivité en termes de contestation, la parole se libère et le mécontentement s’exprime. Enfin !! En effet, à travers toute la France, on trouve des gens qui ne manifestent jamais dans les cadres traditionnels. C’est de ne pas pouvoir assumer des besoins simples qui les a mis dans la rue : celui ne plus pouvoir nourrir sa famille ; de ne pas pouvoir partir même une semaine en vacances ; celui de perdre sa vie à la gagner ; ou de ne pas bénéficier d’un logement et d’un cadre de vie décent. C’est l’exclusion sociale et un mal vivre global qui rassemblent les « gilets jaunes » dans nos rues. C’est la détresse sociale et cette incapacité de nos dirigeants à l’entendre, à la comprendre et à la résoudre qui ont provoqué la situation actuelle.

Comme si face à l’urgence environnementale, la lutte contre le dérèglement climatique ou l’effondrement de la biodiversité, il suffisait de taxer, encore et toujours, la population. Faut-il que nos élites ne comprennent vraiment rien, ou qu’ils soient intellectuellement malhonnêtes ? Probablement un peu des deux. Cette écologie punitive et socialement injuste n’est pas la nôtre, bien loin de la convivialité et du « buen vivir » prônés par la Décroissance.

 

Soyons donc convaincus que le mouvement des « gilets jaunes » est un événement supplémentaire qui confirme que le principal enjeu de l’écologie est la justice sociale. La première des décroissances doit être celle des inégalités.

Car s’il est urgent de ralentir d’un point de vue environnemental, et ainsi de réduire notre empreinte énergétique et de modifier radicalement nos modes de vie, il est surtout urgent de construire une transition écologique qui assure une vie digne à tous. Ces deux problématiques sont indissociables.

Nous, les Décroissants avons un rôle à jouer dans ce mouvement. Descendons dans la mêlée, avec humilité et écoute, mais aussi avec l’assurance que nos propositions pour concilier les contraintes écologiques avec la justice sociale sont justes et pertinentes. L’effervescence actuelle est dans la continuité des luttes sociales et écologiques où nous sommes impliqués depuis des années. A nous de contribuer à faire de ce mouvement une véritable révolution qui participerait à rompre avec l’ancien monde qui ne fonctionne plus.

Portons nos idées d’espace écologique : personne en dessous du plancher pour assurer la justice sociale, et personne au dessus un plafond pour rompre avec la culture du toujours plus. Une Dotation Inconditionnelle D’Autonomie associés à un Revenu Maximal Acceptable. Portons aussi la relocalisation ouverte à l’opposé d’une mondialisation protectionniste. Pour ne citer que les principaux mécanismes à mettre en place afin de garantir une transition écologique sereine et sécurisée pour toutes et tous.

Ainsi, si ce n’est pas déjà fait, rejoignons ce mouvement pour y ajouter notre colère mais surtout notre sensibilité. Certes, nous devons rester prudents devant un mouvement qui rassemble Balkany, Wauquiez, Le Pen et Dupont-Aignan. Mais cette confusion politique, cette profusion d’idées et de propositions est possiblement la base d’une nouvelle manière de faire de la politique ? Une manière qui implique M. et Mme Toulemonde, qui nécessite d’écouter les autres, leurs raisonnements, de faire avec tout le monde, d’apprendre de nouvelles pratiques et de nouvelles solidarités. Certes, il y aura des déceptions et des désaccords mais il y a déjà la tentative de faire quelque chose. Et c’est pour participer à ce « faire quelque chose » que devons être présents. Pour nous positionner « pour » une décroissance des inégalités et « pour » un vivre ensemble dépolluée de leur pensée dominante et de leur logique économique.

Alors, aujourd’hui, je remets mon gilet jaune … et pas seulement parce que me déplace en vélo.

Et aussi, sur le même thème :

Discussion sur FakirTV avec François Ruffin, Vincent Liegey (Décroissant), Julien Terrier (Gilets Jaunes), Pauline Boyer (Alternatiba) et Hervé Kempf (Reporterre)
https://m.youtube.com/watch?v=blyM6W0DNss

Etre ou ne pas être dans la rue le 17 novembre, là n’est pas la question 
https://www.liberation.fr/debats/2018/11/07/etre-ou-ne-pas-etre-dans-la-rue-le-17-novembre-la-n-est-pas-la-question_1690510

Les solutions sont là… alors on s’arrête, on réfléchit et c’est pas triste
https://blogs.mediapart.fr/projet-de-decroissance/blog/031218/les-solutions-sont-la-alors-sarrete-reflechit-et-cest-pas-triste

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Billets du PPLD, Communiqués de presse. Placez un signet sur le permalien.

One Response to Aujourd’hui aussi, je mets mon gilet jaune …

  1. Daniel Maizeret dit :

    Evolution du prix du gazole
    Analyse écologique économique et sociale

    1- De quelle hausse s’agit-il ?
    Le prix du gazole à la pompe dépend du prix du baril de pétrole. Les taxes, dont la taxe carbone s’y ajoutent. Le coût réel du carburant est aussi fonction du salaire (voir comité Fourastier-Sauvy). Cette hausse pénalise les personnes percevant un petit salaire. Examinons comment ont évolué ces trois facteurs pendant les dix dernières années de 2008 à 2018. Le prix du baril de pétrole a connu un effet de yoyo, tantôt à la hausse, tantôt à la baisse, le prix du gazole hors taxe a suivi une tendance identique, la taxe carbone a augmenté. Le SMIC net a progressé régulièrement.

    1.1- Historique des variations

    octobre prix baril prix gazole SMIC net gazole
    de l’année pétrole pompe horaire coût réel
    dollar euro euro minute SMIC
    2008 70 1,23 6,07 12,2
    2009 75 0,98 6,18 9,6
    2010 80 1,16 6,25 11,1
    2011 88 1,33 6,36 12,5
    2012 110 1,37 6,55 12,6
    2013 110 1,33 6,63 12,0
    2014 110 1,31 6,67 11,8
    2015 60 1,23 6,72 11,0
    2016 50 1,12 6,75 10,0
    2017 50 1,21 6,81 10,7
    2018 80 1,52 6,94 13,1

    1.2- Calcul des variations
    évolution baril gazole SMIC net gazole
    pétrole pompe horaire
    prix moyen de 2008 à 2018 80 $ 1,25 € NC 11,5 mn SMIC
    évolution réelle intégrée depuis 2008 en % 14,7 1,9 14,3 -5,5
    hausse de 2017 à 2018 en % 60,0 25,6 1,9 23,1

    1.3-Remarques
    D’octobre 2008 à octobre 2018 :
    – La hausse moyenne du prix du baril de pétrole intégrée est de 14,7 %
    – L’augmentation moyenne intégrée du coût du gazole à la pompe est de 1,9 %
    – La hausse du SMIC net est de 14,3 %.
    – Le coût réel du gazole à la pompe (en mn de SMIC) a baissé de 5,5 %
    – De 2017 à 2018 le baril a suivi une hausse de 60 % alors que le coût réel du gazole (en mn de SMIC) augmentait de 23,1 %
    Source
    INSEE
    Calcul en mn de SMIC, D Maizeret selon la méthode Fourastier Sauvy

    1-4 Conclusion
    Pour les salariés rémunérés au SMIC, de 2008 à 2018 la facture réelle globale de gazole a baissé de 5,5 % !

    2- C’est la planète Terre qui nous taxe !
    Notre démographie, nos modes de vie et de consommation ont déséquilibré l’écosystème dans lequel nous évoluons. Cette dégradation du climat, de la biodiversité, de la disponibilité des matières premières a un coût et la planète Terre nous adresse la facture. Nos gouvernants sont de simples vecteurs, qu’ils prennent des mesures ou non, qu’ils soient de droite, de gauche, ou des extrêmes ni change rien ! Les lois de la nature sont intangibles, aucune structure ne peut les modifier. L’équité sociale est certes indispensable, mais faire ″ payer les riches″ ne suffit pas car c’est notre consommation globale qui est impactante. Or celle-ci poursuit sa progression et se traduit par une évolution de la facture reportée sur les générations suivantes.

    3- Propositions
    De gré ou sous la contrainte des évènements, nous réaliserons ou nous subirons cette transition, mais plus nous tardons, plus elle sera douloureuse.
    – Pour ceux qui souhaitent éviter le pire :
    Les associations qui militent pour la transition énergétique, doivent chiffrer son coût et sa répartition au plus près des habitants. Les citoyens doivent rejoindre ces associations et s’approprier ce concept qui inclut la sobriété à tous les niveaux dans tous les secteurs.
    – Pour ceux qui refusent de payer :
    Soyez égoïste, pensez à votre avenir, à celui de vos enfants et petits-enfants

    Daniel Maizeret
    Ecologiste, cofondateur des associations Virage Energie Centre VL et Virage Energie Berry. Ancien élu municipal EELV. Ancien président des Verts du Cher
    St Amand-Montrond (18) le 23 novembre 2018

Les commentaires sont fermés.