La décroissance, où en est-on ? (S!lence 467)

Depuis 2002, les idées et les pratiques de la décroissance se diffusent dans la société. Parallèlement, la décroissance n’est plus un sujet tabou sur le plan politique. Après avoir été confrontée à des réactions de mépris, puis de moquerie et d’agressivité, elle est de plus en plus prise au sérieux. Ce dossier revient sur les débats qui animent les acteurs et les actrices de la décroissance, sur la récupération des pratiques de simplicité volontaire et leur réappropriation, sur l’étonnant essor des conférences internationales de la décroissance, sur les réseaux et sur les pratiques qui émergent. Et si vous veniez avec nous faire un petit tour à dos d’escargot dans les paysages actuels de la décroissance ?

Au sommaire du dossier :

  • Décroissants et des débats
  • Une dynamique internationale de recherches décroissantes
  • Cargonomia, une coopérative d’activités décroissante à Budapest
  • Les pratiques de simplicité volontaire, entre récupération et réappropriation
  • A Lyon, les nouveaux réseaux de la décroissance

Un dossier coordonné par Guillaume Gamblin

Et également dans ce numéro :

  • Les algues marines, un fertilisant bio
  • Vous ne casserez pas ! Résistances villageoises aux extensions de carrières
  • Nucléaire : petite histoire de l’uranium
  • Les moyens violents sont incompatibles avec une société anarchiste
  • Europe, ouvre-toi !
  • Et de nombreuses brèves d’actualité, des présentations de livres, des courriers…

Si vous souhaitez découvrir ce numéro en images, le commander ou connaître la revue Silence, rendez-vous sur le site : http://www.revuesilence.net/475

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Soutiens du PPLD. Placez un signet sur le permalien.

Les commentaires sont fermés.