Archives de la catégorie : Grands Projets Inutiles et Imposés

NDDL, la consultation du dimanche 26 juin 2016 n’a pas agrandi la démocratie mais l’a rapetissée

Le vote de dimanche 26 juin dernier prouve, par l’absurde, que l’un des plus grands dangers d’un grand projet inutile et imposé (GPII), ce serait de rendre inutile la démocratie, en la rapetissant.

La consultation de dimanche n’a pas agrandi la démocratie mais l’a diminuée. Quand les plus fervents défenseurs du projet s’appellent « Les Ailes de l’Ouest », qui peut sérieusement défendre l’idée que les habitants de la seule Loire-Atlantique ont vraiment besoin d’un tel projet ? Alors que les principaux financeurs sont l’État français, les régions Pays de Loire et Bretagne.

Parodier et instrumentaliser/utiliser ainsi la démocratie en dit long sur la capacité de nos gouvernants à la rendre inutile. D’autant que la consultation n’est qu’une des facettes de la démocratie. Une autre facette de la démocratie est la légitimité de la résistance aux abus de la légalité.

Or, aussi faible soit-elle, la déclaration de la COP 21 (1), le 12 décembre 2015, suffit à légitimer la résistance à tout projet de construction d‘un nouvel aéroport, fût-il ou non en remplacement d’un autre, toujours émetteur considérable de gaz à effet de serre (GES) et, à Notre Dame des Landes, destructeur de zones humides, qui sont d’indispensables écosystèmes ayant une fonction directe dans la régulation du climat en réduisant le niveau des émissions de GES (2).

Malgré le résultat de cette consultation, avec l’ensemble des opposants, le mouvement politique des décroissants poursuivra la résistance sur le front même de NDDL.

Toutefois la pugnacité du front dépendra fortement de l’engagement des lignes arrières : tant médiatique, financier, que logistique. Les décroissants organisés dans les différentes régions y contribueront également.

La cohérence politique et écologique, compte tenu des enjeux climatiques globaux, oblige à engager la décroissance sur beaucoup de fronts y compris celui du trafic aérien.

Site : http://processus-decroissance.xyz/ (suite…)

Publié dans Actualités, Communiqués de presse, Grands Projets Inutiles et Imposés | Commentaires fermés sur NDDL, la consultation du dimanche 26 juin 2016 n’a pas agrandi la démocratie mais l’a rapetissée

Il ne militera plus…mais nous continuerons…

21 ans ; la Foi en un idéal de Vie chevillée au corps. Il avait ressenti le besoin d’être au Testet ce 26 octobre 2014. Il était jeune, il était libre et il militait pour une cause partagée par beaucoup d’entre nous, qui se rejoignent dans une convergence des luttes contre les Grands projets inutiles imposés et autres petits projets inutiles imposés, qui jamais ne questionnent les générations futures.

Depuis 2 jours, on ne parle que de lui et, nous, on ne cesse de penser à lui, et on se dit que chaque militant peut devenir un Rémi Fraisse. Comme Rémi, nous étions citoyens et nous sommes un jour, devenu militants, voire experts grâce à un  travail de recherches techniques, juridiques, d’études approfondies du sujet, absolument obligatoires lorsque ce type de projets est en cours.

Bavure policière, peut-être, excès d’une société de plus en plus violente: certainement. Le triomphe d’une politique passéiste, d’une politique agro-industrielle destructrice, sans issue est encore de ce début de XXIè siècle. Le maïs que l’on plante uniformément dans nos campagnes françaises que ce soit en Picardie, en pays de Loire, en Alsace ou dans le Tarn, est un produit devenu industriel qui a plus de 20 usages. Trafiqué, modifié, il est devenu une plante mondialisée qui nécessite une grande quantité d’intrants chimiques et une grande quantité d’eau, alors que d’origine, dans ses terres natales, il se contente de peu d’eau et pousse avec la compagnie de légumineuses et de cucurbitacées. (suite…)

Publié dans Billets du PPLD, Grands Projets Inutiles et Imposés, Soutiens du PPLD | 1 commentaire

Journée nationale de protestation contre la fracturation hydraulique en Roumanie

Fontaine Saint-Michel 11 Place Saint-Michel, 75006 Paris

En Roumanie, la lutte contre la fracturation hydraulique vient d’entrer dans une nouvelle étape. Déjà, à Pungesti se prépare le premier forage. L’entreprise Chevron se prépare à exploiter illégalement sous la protection de la gendarmerie nationale. D’autres secteurs géographiques sont rétrocédés à des entreprises privées pour l’exploration, le développement et l’exploitation du gaz de schiste.
La fracturation hydraulique commence à être mis en œuvre en secret, sans aucune étude sur l’ impact sur la santé et sur l’environnement.

La folie des exploitations et des explorations des ressources empoisonnent la Roumanie. Les politiques ont des intérêts illégitimes et se servent des institutions de l’État pour légaliser ce fléau. Les citoyens sont laissé à l’abandon par l’état roumain devant cette vague de compagnies étrangères qui veulent irresponsablement exploiter les ressources souterraines. Le tourisme et l’agriculture seront très affecté par la contamination de l’eau, de la terre et de l’air. Les agriculteurs seront les premiers touchés suivi par les petites entreprises et puis, peu à peu par tous le pays .

Le 6 Avril, 2014, simultanément dans plus de 60 localités en Roumanie et également dans plusieurs villes étrangères, sont prévus des manifestations contre l’exploitation du gaz de schiste en Roumanie. Tous les citoyens roumains de toutes les ethnies et croyances, des paysans aux habitants des villes, en Roumanie et dans la diaspora, marcheront dans la rue pour défendre leur terre, leur eau et leur air. Nous sortirons dans la rue pour dire clairement que nous ne renoncerons pas à ce combat pour notre droit à la vie, à la santé et à l’avenir .

Venez vous joindre au groupe Rosia Montana Paris pour ce combat qui défend le droit à la vie et à l’avenir des roumains

https://www.facebook.com/events/224935404369093/

(suite…)

Publié dans Agenda du P.P.L.D., Grands Projets Inutiles et Imposés | Commentaires fermés sur Journée nationale de protestation contre la fracturation hydraulique en Roumanie

Gaz de schiste : « Occupy Chevron »

Near the Ukrainian border, in Zurawlow, for nearly four weeks, a few peasants have been occupying a field on which Chevron intends to test shale gas extraction. No women’s breasts in sight, no immolation, no punk music echoing in churches and no crowd gathered in public spaces. These peasants survive on the ground on which their ancestors have always lived frugally. Four years ago, Chevron representatives offered to buy land on which they would build a plant, which would create jobs. Some inhabitants signed long American style contracts without even reading them, on the corner of their kitchen tables, after a quick talk.

Yet, some peasants dared to oppose their government and the powerful Chevron, running the risk of fines or jail sentences. They did not examine the numerous reports detailing shale gas’s advantages and disadvantages. They did not calculate the amount of chemicals that would remain trapped in their grounds. They were not impressed by the experts who explained that shale gas was better than oil for the environment and consequently for the climate.

They saw water blackening, roads potholing, house walls cracking. They immediately felt the danger: without water, they would be nothing, as would their lands and cattle.
Luckily, a few years earlier, they had met an American film director born of Polish parents who was a genuine camera activist. He had already interviewed shale gas plants’ neighbors in Pennsylvania, filmed the color of their wells’ water and their recently sick skin. Filming the peasants’ fight in Zurawlow, he efficiently protected them and helped them gain international help. Chevron could no longer act secretly as they usually do. Zurawlow’s peasants appeared on social networks, dared to fight the Kafkaesque Polish administration (Chevron’s test do not respect Polish laws protecting these huge water resources). This story ended as a fairy tale, with a film broadcast on Arte (but not in Poland…) and with Chevron’s departure.

Fortunately, Zurawlow’s peasants are suspicious. A year later, Chevron came back to build a fence around a field. At once, they gathered to occupy this field and Kowalski came back with his camera. The bad spy novel reopened, with its phone-tapping, blackmailing and threats. They’ve been living here night and day, regardless of the weather, for four weeks, threatening their cattle’s wealth and their families’ survival.
In spite of much support, the international community doesn’t look at this part of the world where tourists never go. Yet, their fight is ours: they want to have a decent life and politicians that make decisions that include social and environmental outcomes. They refuse to choose between bad and worse (that is between lack of fuel and water pollution with shale gas), as Germany has already done when replacing nuclear plants by coal plants, regardless of carbon emissions. Zurawlow’s peasants are trying to protect their ecosystems, which are ours. They want to choose the destiny of their lands for the good of their grandchildren. It is possible, if governments launch pro-active energy-saving policies, such as those Japan managed to implement after the Fukushima disaster. A profound mentality shift is also necessary: people have to reclaim power on the commons and decide to get out of the development spiral. If we are convinced that degrowth is compulsory, fossil energies will no longer dictate our future and endanger the planet.
Zurawlow’s peasants need strong worldwide support, otherwise Chevron will win here, and tomorrow each of us may face the same risks.

Cécile Renault

Pour en savoir plus : (suite…)

Publié dans Degrowth, Grands Projets Inutiles et Imposés | Commentaires fermés sur Gaz de schiste : « Occupy Chevron »

Gaz de schiste : « Occupy Chevron »

Les paysans du village polonais de Zurawlow, à proximité de la frontière ukrainienne, occupent depuis quatre semaines pacifiquement un champ convoité par Chevron pour exploiter le gaz de schiste. Ici, pas de poitrine féminine exhibée, pas d’immolations, pas de musique punk dans une église, et encore moins de foules occupant l’espace urbain. Ces paysans subsistent sur des terres dont ils n’ont jamais tiré plus que le nécessaire. Il y a quatre ans, quand des représentants de Chevron ont proposé d’acheter des terrains et annoncé des créations d’emplois, certains ont signé des contrats sans se méfier, sur le coin de la table de la cuisine, après une rapide discussion.

D’autres ont osé se lever contre leur gouvernement et contre le puissant Chevron, risquer des amendes ou des peines de prison. Ils n’ont épluché les rapports sur les mérites et les dangers du gaz de schiste pour s’engager. Ils n’ont  pas étudié la composition des produits chimiques injectés dans les sols, ni mesuré la part des déchets qui ne seraient jamais recyclés. Ils ne se sont pas laissés impressionner par ceux qui leur prétendaient que le gaz de schiste était le seul moyen de remplacer un pétrole maintenant trop rare, ni par ceux qui affirmaient que cette nouvelle énergie limiterait le réchauffement climatique.
Ils ont vu l’eau noire, les routes défoncées par les camions, les fissures apparaître sur les façades de leurs maisons. Ils ont immédiatement senti le danger : sans eau, ils ne sont plus rien, ni eux, ni leurs bêtes, ni leurs champs.

Par chance, ils avaient rencontré, quelques années auparavant, un réalisateur d’origine polonaise, Lech Kowalski, américain d’adoption, militant de toujours, pour qui la caméra est aussi un formidable outil défensif. En Pennsylvanie, il avait déjà interviewé les voisins d’exploitations de gaz de schiste, filmé la couleur de l’eau de leurs puits, les maladies de leurs peaux. Ses images ont protégé les paysans, apporté des preuves là où Chevron et le gouvernement œuvraient en catimini. Les paysans de Zurawlow sont présents sur les réseaux sociaux et soutenus par des hommes politiques européens (parmi lesquels José Bové). Grâce à ces appuis, ils se sont lancés dans une lutte kafkaïenne contre l’administration : pétitions, lettres argumentant point par point, numéro de loi à l’appui, illégalité des essais (en vertu notamment des lois protégeant les ressources aquifères). Cette aventure a fait l’objet d’un long métrage, diffusé par Arte, qui finissait comme un conte de fées : Chevron avait quitté les lieux.

Mais les paysans de Zurawlow sont méfiants. Un an plus tard, ils ont repéré des camions venant poser une simple barrière autour d’un champ. Immédiatement, ils se sont retrouvés pour habiter ce champ, de nouveau protégés par la caméra de Lech Kowalski. Le mauvais film d’espionnage a repris : écoutes téléphoniques, menaces d’emprisonnement, chantage. Ils y sont depuis bientôt un mois, nuit et jour, sous la pluie ou le soleil, mettant en danger leurs propres récoltes, l’entretien de leurs cheptels et la survie de leurs familles.
Malgré des soutiens fidèles et efficaces, la communauté internationale ne regarde pas encore cette région située à l’extrémité de l’Europe, où les touristes ne vont pas. Leur revendication est la nôtre : celle d’un mode de vie décent, de choix politiques qui tiennent compte des effets secondaires et induits. A Zurawlow comme ailleurs, c’est la peste qui chasse le choléra : pour lutter contre les émissions de CO2, on nous présente un gaz de schiste qui contamine les réserves en eau pourtant déjà rares ; en Allemagne, le charbon vient d’être réintroduit pour permettre la fermeture de centrales nucléaires. Les paysans de Zurawlow cherchent à protéger les écosystèmes, à maîtriser leur destin. C’est possible, à la fois par des politiques volontaristes d’économies d’énergie, comme le Japon a su les mener après Fukushima, par la production d’énergies propres, mais aussi par un changement des mentalités : une réappropriation par les citoyens des biens communs, à Zurawlow comme à Taksim et l’adoption de modes de consommation responsables.
Soutenir les paysans de Zurawlow, c’est montrer qu’une autre manière de décider, de consommer et de produire est possible, ici comme ailleurs.

Cécile Renault

Pour en savoir plus : (suite…)

Publié dans Billets du PPLD, Grands Projets Inutiles et Imposés | Commentaires fermés sur Gaz de schiste : « Occupy Chevron »

M. Auxiette n’aime pas les rutabagas !

Jacques Auxiette, président du Conseil régional des Pays de Loire, profite de son dernier e-book, intitulé « Aéroport du Grand Ouest : pourquoi j’y crois« , pour égratigner la pensée de la Décroissance. Une nouvelle fois caricaturés, nous entendons remettre en cause ces idées reçues et refuser la pensée unique.

(source dessin : http://www.reporterre.net/spip.php?article4001)

Décroissance contre décroissance

   La Décroissance n’est pas la décroissance de tout pour tous. Vouloir la décroissance pour la décroissance serait tout aussi absurde que de vouloir la croissance pour la croissance.

  Ce que nous appelons Décroissance est avant tout un slogan. Un mot-obus dont le but est de provoquer un électrochoc dans la pensée dominante. Mais, c’est aussi et surtout un mouvement de pensée qui dépasse la signification initiale du terme de décroissance.

   La Décroissance ne prône en rien un retour en arrière vers un pseudo-bonheur perdu. Nous ne refusons pas le progrès technologique, simplement nous le questionnons, nous aimerions lui donner du sens et, surtout, lui donner une dimension humaine. Nous ne regrettons pas hier mais regrettons aujourd’hui et avons peur pour demain.

Notre modèle de développement n’est pas soutenable ni souhaitable. C’est pour cela que nous affirmons que ce sont bien nos sociétés occidentales qui vont devoir modifier leurs modes de vie. Et que les populations des pays dits émergents ou du Sud auraient intérêt à ne pas chercher à s’inspirer de l’occident.

 Une pensée émancipatrice mais contre la pensée unique (suite…)

Publié dans Actualités, Billets du PPLD, Communiqués de presse, Grands Projets Inutiles et Imposés | Commentaires fermés sur M. Auxiette n’aime pas les rutabagas !

Les Z’indigné(e)s N°4, la revue internationale des résistances et des alternatives

Qu’est-ce que les Grands Projets Inutiles Imposés ?

Un numéro exceptionnel de la nouvelle revue trimestrielle internationale Les Z’indigné (e)s en partenariat avec le collectif de Notre–Dame-des-Landes avec l’essentiel des interventions au 2e Forum européen contre les « Grands Projets Inutiles Imposés » (GPII) de juillet 2012. Six mois de réflexions politiques et théoriques au plein cœur des mobilisations contre le projet d’aéroport. Avec des textes de Paul Ariès, Gus Massiah, Anne-Marie Chabod, Dominique Fresneau, Christian Grisollet, co-présidents de l’ACIPA, Geneviève Coiffard-Grosdoy, Marc Delepouve, Jérôme Gleizes Jacques Cambon, des contributions exceptionnels des collectifs français (COUAC), espagnols, britanniques, allemands, russes, mexicains, etc engagés dans des luttes contre les « GPII ». Quels liens entre l’anti-extractivisme et les luttes contre les GPII ? Quelles convergences internationales ?

Un second dossier ouvre le débat « rouge-vert » par excellence : « pour ou contre le SMIC à 1700 euros… ? » Avec des contributions de Maxime Vivas, de Thomas Avenel, Fréderic Denise, Vincent Liegey, Stéphane Madeleine, Christophe Ondet, Anisabel Veillot, Michel Lepesant, Baptiste Mylondo, Mathieu Agostini, Paul Ariès. Des textes hors-champs de Paul Jorion (la guerre numérique), David Puaud (la « gérontechnologie » ), de Michel Billé (ré-enchanter la vieillesse), Thierry Brugvin (les risques d’instrumentalisation des écologistes et des décroissants par les industriels du Club de Rome). Avec les journalistes de Golias.

Rédacteur en chef : Paul Ariès. (suite…)

Publié dans Actualités, Grands Projets Inutiles et Imposés, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Les Z’indigné(e)s N°4, la revue internationale des résistances et des alternatives

Le sport, pourvoyeur de Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII)

Le sport, pourvoyeur de Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII) dans les Yvelines

Alors que la situation économique, sociale et environnementale se détériore de jour en jour, que la crise apparaît désormais comme l’avenir de la société de Croissance et non plus comme une période transitoire vers un avenir meilleur, nos gouvernants continuent de nous imposer de Grands Projets Inutiles (GPI), qui vont profiter à quelques uns dont des multinationales à l’éthique plus que contestable. Les projets pharaoniques se multiplient : aéroport, Ligne Grande Vitesse, centres commerciaux géants, gaz de schiste, centrales nucléaires, Carbon Valley …

Grands Projets Inutiles et Imposés dans les Yvelines, vive le sport ?

Dessin d’Olivox.

Consultez son site internet :  www.olivox.com

 Ces projets sont pourtant des réponses inadaptées aux besoins des populations et aux enjeux futurs. Tous symbolisent la destruction de terres agricoles, de liens humains et de biodiversité. Ils freinent la naissance de modèles de sociétés écologiquement soutenables et humainement responsables et souhaitables. Par ailleurs, ils contribuent à alourdir notre dette alors même qu’aucun fond n’est disponible pour faire face à des situations critiques pour certaines populations et que des services publics sont sacrifiés sur l’autel des finances publiques. (suite…)

Publié dans Actualités, Grands Projets Inutiles et Imposés | Commentaires fermés sur Le sport, pourvoyeur de Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII)

De l’indignation aux résistanceS !

8 décembre : 3ème journée européenne contre les GPII

Après plus d’un mois et demi de lutte engagée à Notre Dame Des Landes, près de 140 comités de soutien à l’opposition au projet d’aéroport se sont organisés en France. Le gouvernement Ayrault postulait que les opposants étaient porteurs d’une vision du monde qui n’était pas partagée. Or nous sommes de plus en plus nombreux à avoir la conviction que le système actuel est mortifère et qu’il y a urgence à le métamorphoser.

NDDL est devenu le catalyseur qui fédère et met en réseau un engagement de grande ampleur. Parfois, nous entendons parler de « guerre », de « guérilla », quand les gens l’évoquent…. mais personne ne veut jouer à la guerre. Tout le monde souhaite la paix… Ce qui est combattu à Notre Dame Des Landes, comme pour tous les Grands Projets Inutiles Imposés (GPII), c’est une vision du futur, unilatérale, conçue par une minorité pour une minorité… comme autant de barrières à un avenir à bâtir collectivement. Leur monde est à l’agonie, nous ne céderons pas à l’idée qu’ils nous emportent avec eux dans l’oubli…

Les citoyens responsables aujourd’hui sont ceux qui défendent l’intérêt collectif, résistent, luttent contre les GPII, construisent au quotidien les alternatives qui réinventent positivement demain. Partout sur la planète, en milieu rural comme en milieu urbain, les actions locales se multiplient.

Dans une « démocratie » comme la nôtre, exercer des violences contre le système le renforce. Notre résistance ne peut donc être que non violente. Soyons force de changement et amplifions les initiatives citoyennes collectives et locales comme autant de foyers de désobéissance aux injonctions du modèle dominant. Même si elles sont encore minoritaires, aucune n’est négligeable, car « l’essentiel est alors de susciter et de renforcer durablement de nouveaux territoires de résistance de manière à créer un rapport de force favorable à leur pérennisation. » (1)

Entrons définitivement en résistance parce que les analyses, les réflexions, les outils, les expérimentations fourmillent. Il ne reste plus qu’à converger et donner à chacun, le courage qui se trouve dans la conscience de notre nombre.

« Être optimiste est un combat. » (Eric-Emmanuel Schmitt.)

Parti Pour La Décroissance

(1) JeanClaude BessonGirard in Par delà l’état in revue Entropia N°13 décembre 2012


Pour aller plus loin :

Que faire pour ne pas rester une poignée ? : http://www.partipourladecroissance.net/?p=7838
Illustration de Nicola : http://www.partipourladecroissance.net/?p=7827
Agenda : http://www.reporterre.net/spip.php?article3596

les sites de NDDLhttp://acipa.free.fr/ et http://zad.nadir.org/

Publié dans Actualités, Communiqués de presse, Grands Projets Inutiles et Imposés, Soutiens du PPLD | 3 commentaires

Que faire pour ne pas rester une poignée ?

la force politique de la décroissance reste insignifiante par rapport aux enjeux de notre temps : que faire maintenant dans la décroissance ?

Comment comprendre la lenteur de la quasi-totalité de la population, le médiocre intérêt pour la décroissance quand s’accélère l’épuisement des ressources naturelles et l’écocide, quand approche « l’effondrement » programmé ?
Quand, après 40 ans de confirmation des courbes du Club de Rome, nous sommons la société d’en tirer les conséquences, nous faisons face à de l’obscurantisme et à ce que l’on peut appeler un nouveau nihilisme.
Le monde croissanciste demande en quelque sorte à quelques Cassandre de ne pas croire en ce qu’ils savent. L’oligarchie et les décideurs ont évidemment intégré ces données imparables mais la quasi-totalité des peuples et de leurs dirigeants semblent dans l’incapacité de lire seulement ces données et témoignent dans leurs agissements, leurs croyances, leur imaginaire d’une légèreté suicidaire qui masque tout ce qui pourrait faire sens.
La croissance verte est la marque d’aujourd’hui d’une société de croissance qui veut faire croire aux populations de nos pays que son système peut durer. Le capitalisme, par essence croissanciste, est fondamentalement prédateur et ne peut aujourd’hui réaliser ses affaires qu’en saccageant de plus en plus la planète et en l’adaptant à ses besoins. Depuis 2005 et la Charte de l’Environnement gravée dans la Constitution de la 5° République, il est écrit dans le marbre que « les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable. A cet effet, elles concilient la protection et la mise en valeur de l’environnement, le développement économique et le progrès social. »
La décroissance est inconstitutionnelle et la destruction de la nature s’intensifie.
Mais les escargots avancent longtemps, et de manière discrète. C’est dans leur nature.
Trop en avance aujourd’hui, nous pouvons penser apparaître en masse, au grand jour, lorsque les contradictions et l’impuissance du système capitaliste approchera le point de rupture : le collapse qui vient, l’effondrement maintenant imparable (voir les courbes du rapport au Club de Rome, toujours validées, un bon graphique en disant plus long qu’un long discours). (suite…)

Publié dans Billets du PPLD, Grands Projets Inutiles et Imposés | 1 commentaire

Hollande, Ayrault, Notre-Dame-Des-Landes sera votre Larzac

http://www.partipourladecroissance.net/wp-content/uploads/2008/12/logo-ppld.gif

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, destiné à remplacer en 2017 l’actuel aéroport de Nantes Atlantique, a été validé par l’État et les collectivités locales socialistes. Celui-ci est devenu le symbole des Grands Projets Inutiles Imposés (GPII).
8 mai 2012 un accord avait lieu entre une délégation du parti socialiste de Loire-Atlantique et des paysans alors en grève de la faim, qui s’opposaient aux expropriations et expulsions des terres de Notre-Dame-des-Landes. Un moratoire stoppait alors toute expulsion et suspendait les travaux. L’engagement était pris qu’ils pourraient rester dans leurs fermes jusqu’à la fin des derniers recours concernant les procédures engagées.

16 octobre 2012 : les occupant-e-s de la ZAD (Zone A Défendre), et des soutiens extérieurs, résistent aux expulsions et tentent de réoccuper les lieux vidés de leurs habitant-e-s. Les forces militaires en présence sont d’une ampleur sans précédent et lancent chaque jour des opérations de grande envergure afin de les en empêcher. Le silence des médias restent assourdissant.

L’abus de la violence légitimé par le gouvernement est inquiétant. Les protestataires sont inondés de gaz lacrymogène, les interpellations se font à tour de bras, comme si agir manu militari était l’unique alternative de notre société dite démocratique.

(suite…)

Publié dans Actualités, Communiqués de presse, Grands Projets Inutiles et Imposés, Soutiens du PPLD | 4 commentaires

Expulsions des opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : Halte à la répression, stop à l’aéroport !

Communiqué de presse unitaire

Depuis le 16 octobre, l’agression subie par les habitants de la zone concernée par le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (44), a franchi un nouveau cran.

Parce qu’ils défendaient la préservation des terres agricoles, des écosystèmes, et ont mis en place des modes de vie alternatifs, les habitants de la ZAD (Zone d’aménagement différé renommée Zone A Défendre) et leurs familles ont été chassés de leurs maisons, 15 jours avant le début de la trêve hivernale, et ces maisons détruites, parfois illégalement, par les forces de l’ordre.

Nous condamnons la violence déployée depuis la semaine dernière lors des expulsions par les gendarmes mobiles et CRS envoyés par le gouvernement, qui illustre ainsi une nouvelle fois son soutien à la multinationale Vinci, maîtresse d’œuvre du projet d’aéroport. (suite…)

Publié dans Actualités, Grands Projets Inutiles et Imposés, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Expulsions des opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : Halte à la répression, stop à l’aéroport !