Résultats de la recherche pour : grands projets inutiles

Le sport, pourvoyeur de Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII)

Le sport, pourvoyeur de Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII) dans les Yvelines

Alors que la situation économique, sociale et environnementale se détériore de jour en jour, que la crise apparaît désormais comme l’avenir de la société de Croissance et non plus comme une période transitoire vers un avenir meilleur, nos gouvernants continuent de nous imposer de Grands Projets Inutiles (GPI), qui vont profiter à quelques uns dont des multinationales à l’éthique plus que contestable. Les projets pharaoniques se multiplient : aéroport, Ligne Grande Vitesse, centres commerciaux géants, gaz de schiste, centrales nucléaires, Carbon Valley …

Grands Projets Inutiles et Imposés dans les Yvelines, vive le sport ?

Dessin d’Olivox.

Consultez son site internet :  www.olivox.com

 Ces projets sont pourtant des réponses inadaptées aux besoins des populations et aux enjeux futurs. Tous symbolisent la destruction de terres agricoles, de liens humains et de biodiversité. Ils freinent la naissance de modèles de sociétés écologiquement soutenables et humainement responsables et souhaitables. Par ailleurs, ils contribuent à alourdir notre dette alors même qu’aucun fond n’est disponible pour faire face à des situations critiques pour certaines populations et que des services publics sont sacrifiés sur l’autel des finances publiques. (suite…)

Publié dans Actualités, Grands Projets Inutiles et Imposés | Commentaires fermés sur Le sport, pourvoyeur de Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII)

Lettre contre les Grands Projets Inutiles Imposés (GPII)

Envoyez-la au Président de la République

Je vous propose une action d’ampleur visible, à faire et à faire suivre :
L’envoi d’une lettre papier que vous pouvez personnaliser à François HOLLANDE, le même jour par tous les membres de tous vos reseaux actifs, familiaux ou amicaux, avec présence de la presse lors de l’arrivée de ce courrier au destinataire.
Je vous propose d’imprimer ou de recopier la lettre jointe, de compléter les blancs et de l’envoyer le lundi 22 octobre (qui est un jour comme un autre) pour commencer, et tous les lundi qui suivent si rien ne bouge. Nous avons ainsi les moyens de faire bouger la société, alors faisons-le.
On peut imprimer sur papier brouillon recto – verso et juste coller la feuille sans enveloppe. L’adresse y figure.
Cela ne coûtera même pas de timbre, puisqu’il y a dispense de timbrage.
Communiqué de presse et interview de quelques personnes qui habitent très loin de NDDL pour montrer que chaque citoyen peut se sentir impliqué dans la lutte contre les grands projets inutiles imposés.
Qu’en pensez-vous ?
500 000, 1 000 000 de lettres ou plus qui arrivent le même jour au même endroit, c’est visible et cela témoigne d’une implication de tous, même de celui que Notre Dame des Landes indiffère car c’est loin de chez lui.
Cette lettre s’adresse à tous ceux qui sont sensibles à la destruction de la nature, de l’écosystème et des terres cultivables, au saccage du patrimoine, de même qu’à la dépense de l’argent public au profit de quelques uns et au détriment de tous les autres, et qui ne veulent pas des Grands Projets Inutiles Imposés.
Inutiles, ils le sont vraiment.
Les autorités donnent souvent l’autorisation malgré des enquêtes d’utilité publique opposées au projet.
Les projets sont faits en dépit du bon sens commun.
Souvent, c’est pour rendre service à des amis, leur fournir un marché juteux et l’intérêt privé prime devant l’intérêt public.
Les méthodes des initiateurs sont abruptes, avec outrepassement de leurs fonctions, de leurs droits, refus de considérer la non utilité publique, négation de leurs devoirs, et mépris de tout ce qui n’est pas leur intérêt.
Et nous sommes tous concernés, même si Notre Dame de Landes c’est loin, près de Nantes. Il y a des GPII près de chez vous aussi.
Souvent les mobilisations citoyennes sont locales, efficaces, mais les projeteurs vont s’installer plus loin.
Publié dans Billets du PPLD, Communiqués de presse, Grands Projets Inutiles et Imposés | 6 commentaires

Petits projets inutiles imposés : Grand Fare et Ardent du Picq, nouveaux symboles

RELOCALISONS
Petits projets inutiles imposés : Grand Fare et Ardent du Picq, nouveaux symboles

Stéphane HESSEL a écrit « Indignez-vous ! »
L’indignation peut être quotidienne, vous saisir aux détours d’une vue, d’une phrase, d’un article de journal, d’une photo et vous plonger dans un état proche de la révolte.
La raison aidant, on se pose des questions, dont celle-ci : Que puis-je faire ?

L’auteur de ce blog(1) a écrit :
Ceux qui ont les idées n’ont pas le pouvoir et ceux qui ont le pouvoir, souvent, n’ont pas les idées. Mais quand on voit les directions choisies par nos sociétés actuelles, la victoire cynique de l’égoïsme, la souveraineté des forces de l’argent, le recul de la culture face à la médiocrité, le piétinement des valeurs démocratiques, la montée des intolérances, la mise à sac de la planète, faut-il en venir à cette conclusion pour corriger la citation de départ : « Seule l’accession au pouvoir donne les moyens de passer à l’acte ».

A côté de Notre Dame des Landes, nouveau symbole des Grands Projets Inutiles Imposés, il y a tous ces Petits Projets Inutiles Imposés. Deux d’entre eux interpellent et sont peut-être appelés à devenir des symboles de PPII ? Le pouvoir est peut-être dans nos mains. (suite…)

Publié dans Billets du PPLD | 1 commentaire

Et maintenant, les travaux pratiques

Circuits courts, gratuité, monnaies locales, villes lentes… Après avoir bousculé le dogme de la croissance économique, les idées de la décroissance fertilisent peu à peu de nombreuses alternatives concrètes.

Extraits d’un article publié dans le dossier « décroissance une révolution silencieuse » dans Politis (voir fin de l’article).

Fin 2009, une apothéose médiatique pour la décroissance en France : le président de la République en personne estime politiquement utile de livrer son opinion sur la question, et à plusieurs reprises. « Je refuse le choix entre croissance et pollution ou décroissance et protection de l’environnement. J’affirme le choix du développement durable », scande Nicolas Sarkozy [1].

La crise est planétaire, des pays sont entrés en récession et l’urgence climatique a occupé le terrain politique comme jamais à l’occasion du sommet de Copenhague. Depuis, l’économie a pourtant repris sa course, certes en boitant, mais « business as usual ». Et la décroissance a peu à peu disparu des discours et des médias, comme si les contradictions qu’elle révèle étaient désormais périmées. « Une fabuleuse dénégation », ironise l’économiste objecteur de croissance Serge Latouche.

Le monde économique n’en est pas pour autant sorti indemne, constate Vincent Liegey, chercheur interdisciplinaire sur la décroissance, qui relate la déstabilisation de ce dirigeant d’une multinationale française avouant être « à 100 % en accord » avec lui « en tant que père de famille », mais professionnellement embrigadé pour arracher le dernier dollar au marché. (…) Une victoire idéologique, estime le philosophe Fabrice Flipo : « Une bonne partie des progressistes ne parviennent plus à parler de croissance sans en être gênés. »

La décroissance a fonctionné dans un -premier temps comme un « mot-obus », analyse Paul Ariès, percutant les esprits en remettant en cause la quête de la croissance à tout prix, axiome majeur de l’économie libérale. Pour le politologue, le reflux de cette confrontation dans le débat public traduit une mutation, pas une disparition. « La décroissance est entrée dans une phase plus pratique. Elle s’exprime désormais à travers des “mots-chantiers” qui expérimentent ses idées en actes. » (suite…)

Publié dans Actualités, Documents - les suppléments | Commentaires fermés sur Et maintenant, les travaux pratiques

« La décroissance s’inscrit dans une tradition politique de gauche »

Interview réalisé par Le Comptoir avec l’objecteur de croissance et militant politique, Vincent Liegey, membre et porte-parole du Parti pour la décroissance (PPLD) depuis 2008. Il est co-auteur d’un livre intitulé « Un projet de décroissance. Manifeste pour une dotation inconditionnelle d’autonomie » (Utopia) paru en 2013. Nous avons souhaité le rencontrer afin de discuter avec lui de « décroissance », concept qui selon son parti « remet avant tout en question notre société de consommation sans hypothéquer nos acquis démocratiques, sociaux et culturels ».

Le Comptoir : Quel projet la décroissance propose-t-elle pour la société ?

Vincent Liégey : La décroissance, avant d’être un projet, est un outil sémantique qui a pour objectif d’ouvrir des débats de société sur le fait qu’une croissance infinie dans un monde fini est d’une part impossible, pour des raisons physiques, énergétiques et écologiques évidentes, et d’autre part non souhaitable. En effet, nous vivons dans une société dominée par la religion de la croissance et nous devons poser la question du sens : qu’est-ce qu’on produit, comment et pour quel usage ? La croissance pour la croissance nous rend-elle vraiment heureux ?

À partir de ce rejet, on peut ouvrir des portes et commencer à discuter de ce qui serait souhaitable de construire ensemble. Ainsi, la décroissance est une matrice de réflexions, d’expérimentations et de propositions susceptibles d’amorcer des transitions démocratiques et sereines vers de nouveaux modèles de sociétés à inventer, créer, expérimenter et construire qui seraient à la fois soutenables mais surtout désirables, conviviaux et autonomes. (suite…)

Publié dans Actualités, Revue de médias | 1 commentaire

Il ne militera plus…mais nous continuerons…

21 ans ; la Foi en un idéal de Vie chevillée au corps. Il avait ressenti le besoin d’être au Testet ce 26 octobre 2014. Il était jeune, il était libre et il militait pour une cause partagée par beaucoup d’entre nous, qui se rejoignent dans une convergence des luttes contre les Grands projets inutiles imposés et autres petits projets inutiles imposés, qui jamais ne questionnent les générations futures.

Depuis 2 jours, on ne parle que de lui et, nous, on ne cesse de penser à lui, et on se dit que chaque militant peut devenir un Rémi Fraisse. Comme Rémi, nous étions citoyens et nous sommes un jour, devenu militants, voire experts grâce à un  travail de recherches techniques, juridiques, d’études approfondies du sujet, absolument obligatoires lorsque ce type de projets est en cours.

Bavure policière, peut-être, excès d’une société de plus en plus violente: certainement. Le triomphe d’une politique passéiste, d’une politique agro-industrielle destructrice, sans issue est encore de ce début de XXIè siècle. Le maïs que l’on plante uniformément dans nos campagnes françaises que ce soit en Picardie, en pays de Loire, en Alsace ou dans le Tarn, est un produit devenu industriel qui a plus de 20 usages. Trafiqué, modifié, il est devenu une plante mondialisée qui nécessite une grande quantité d’intrants chimiques et une grande quantité d’eau, alors que d’origine, dans ses terres natales, il se contente de peu d’eau et pousse avec la compagnie de légumineuses et de cucurbitacées. (suite…)

Publié dans Billets du PPLD, Grands Projets Inutiles et Imposés, Soutiens du PPLD | 1 commentaire

Ras le bol du productivisme ! (appel pour les 12 et 13 avril)

Tous ensemble les 12/13 Avril !

pour signer : http://www.antiprod.net/

Détermination démocratique des besoins sociaux en fonction des limites écologiques, coordination démocratique de la production, abandon du nucléaire… l’écologie est au cœur de la gauche antiproductiviste.

Cette gauche antiproductiviste est composée de militantEs au sein des mondes associatifs, syndicaux et politiques, elle est riche de sa biodiversité politique : l’écologie politique, l’écosocialisme, la décroissance, l’écologie populaire, l’autogestion, l’écologie sociale, l’objection de croissance ou l’écologie libertaire…

Un gouvernement ni de gauche, ni socialiste, ni écologiste

Mais cette gauche antiproductiviste en a autant ras-le-bol de la politique anti-sociale du gouvernement que de sa politique anti-écologique. (suite…)

Publié dans Agenda du P.P.L.D., Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Ras le bol du productivisme ! (appel pour les 12 et 13 avril)

AlterTour 2013 les inscriptions sont ouvertes

La 6ème édition de l’AlterTour se déroulera du 18 juillet au 20 août 2013. Il passera par le Loiret, la Nièvre, l’Yonne, la Côte d’Or, la Saône-et-Loire, le Jura et le Doubs.

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 15 juin 2013 sur le site internet de l’AlterTour : http://www.altertour.net

Aux Grands Projets Inutiles et Imposés s’opposent une multitude d’Alternatives concrètes qui construisent une société plus solidaire, écologiquement et socialement durable. Ce sont ces Petits Projets Grandement Utiles que l’AlterTour soutient d’année en année en leur rendant visite à vélo.

Venez pédaler, goûter à l’autogestion, partager une belle tranche de vie collective dans la simplicité volontaire ! L’AlterTour est un relais solidaire ouvert à tous sans exigence de performance ou de durée (inscriptions à la journée).

L’AlterTour résiste à l’esprit de compétition qui conduit à toutes sortes de dopage :
– dans le sport où la santé passe après les bénéfices de la société du spectacle ;
– dans l’agriculture industrielle, où pesticides et OGM portent atteinte aux paysans et à la biodiversité au seul profit d’une poignée de multinationales ;
– dans l’économie de marché, où subprimes et paradis fiscaux amplifient les inégalités ;
– dans la société de consommation, du greenwashing et de l’obsolescence programmée où l’offre conditionne la demande à grand renfort de publicité.

Faites connaître l’AlterTour

Le numéro de juin 2013 de la revue S!lence consacré aux grands projets inutiles contiendra le recueil d’Alternatives de l’AlterTour et les coordonnées de tous les accueillants.

AlterTour.net

Petit aperçu du programme : (suite…)

Publié dans Actualités, Agenda du P.P.L.D., Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur AlterTour 2013 les inscriptions sont ouvertes

Les Z’indigné(e)s N°4, la revue internationale des résistances et des alternatives

Qu’est-ce que les Grands Projets Inutiles Imposés ?

Un numéro exceptionnel de la nouvelle revue trimestrielle internationale Les Z’indigné (e)s en partenariat avec le collectif de Notre–Dame-des-Landes avec l’essentiel des interventions au 2e Forum européen contre les « Grands Projets Inutiles Imposés » (GPII) de juillet 2012. Six mois de réflexions politiques et théoriques au plein cœur des mobilisations contre le projet d’aéroport. Avec des textes de Paul Ariès, Gus Massiah, Anne-Marie Chabod, Dominique Fresneau, Christian Grisollet, co-présidents de l’ACIPA, Geneviève Coiffard-Grosdoy, Marc Delepouve, Jérôme Gleizes Jacques Cambon, des contributions exceptionnels des collectifs français (COUAC), espagnols, britanniques, allemands, russes, mexicains, etc engagés dans des luttes contre les « GPII ». Quels liens entre l’anti-extractivisme et les luttes contre les GPII ? Quelles convergences internationales ?

Un second dossier ouvre le débat « rouge-vert » par excellence : « pour ou contre le SMIC à 1700 euros… ? » Avec des contributions de Maxime Vivas, de Thomas Avenel, Fréderic Denise, Vincent Liegey, Stéphane Madeleine, Christophe Ondet, Anisabel Veillot, Michel Lepesant, Baptiste Mylondo, Mathieu Agostini, Paul Ariès. Des textes hors-champs de Paul Jorion (la guerre numérique), David Puaud (la « gérontechnologie » ), de Michel Billé (ré-enchanter la vieillesse), Thierry Brugvin (les risques d’instrumentalisation des écologistes et des décroissants par les industriels du Club de Rome). Avec les journalistes de Golias.

Rédacteur en chef : Paul Ariès. (suite…)

Publié dans Actualités, Grands Projets Inutiles et Imposés, Soutiens du PPLD | Commentaires fermés sur Les Z’indigné(e)s N°4, la revue internationale des résistances et des alternatives

De l’indignation aux résistanceS !

8 décembre : 3ème journée européenne contre les GPII

Après plus d’un mois et demi de lutte engagée à Notre Dame Des Landes, près de 140 comités de soutien à l’opposition au projet d’aéroport se sont organisés en France. Le gouvernement Ayrault postulait que les opposants étaient porteurs d’une vision du monde qui n’était pas partagée. Or nous sommes de plus en plus nombreux à avoir la conviction que le système actuel est mortifère et qu’il y a urgence à le métamorphoser.

NDDL est devenu le catalyseur qui fédère et met en réseau un engagement de grande ampleur. Parfois, nous entendons parler de « guerre », de « guérilla », quand les gens l’évoquent…. mais personne ne veut jouer à la guerre. Tout le monde souhaite la paix… Ce qui est combattu à Notre Dame Des Landes, comme pour tous les Grands Projets Inutiles Imposés (GPII), c’est une vision du futur, unilatérale, conçue par une minorité pour une minorité… comme autant de barrières à un avenir à bâtir collectivement. Leur monde est à l’agonie, nous ne céderons pas à l’idée qu’ils nous emportent avec eux dans l’oubli…

Les citoyens responsables aujourd’hui sont ceux qui défendent l’intérêt collectif, résistent, luttent contre les GPII, construisent au quotidien les alternatives qui réinventent positivement demain. Partout sur la planète, en milieu rural comme en milieu urbain, les actions locales se multiplient.

Dans une « démocratie » comme la nôtre, exercer des violences contre le système le renforce. Notre résistance ne peut donc être que non violente. Soyons force de changement et amplifions les initiatives citoyennes collectives et locales comme autant de foyers de désobéissance aux injonctions du modèle dominant. Même si elles sont encore minoritaires, aucune n’est négligeable, car « l’essentiel est alors de susciter et de renforcer durablement de nouveaux territoires de résistance de manière à créer un rapport de force favorable à leur pérennisation. » (1)

Entrons définitivement en résistance parce que les analyses, les réflexions, les outils, les expérimentations fourmillent. Il ne reste plus qu’à converger et donner à chacun, le courage qui se trouve dans la conscience de notre nombre.

« Être optimiste est un combat. » (Eric-Emmanuel Schmitt.)

Parti Pour La Décroissance

(1) JeanClaude BessonGirard in Par delà l’état in revue Entropia N°13 décembre 2012


Pour aller plus loin :

Que faire pour ne pas rester une poignée ? : http://www.partipourladecroissance.net/?p=7838
Illustration de Nicola : http://www.partipourladecroissance.net/?p=7827
Agenda : http://www.reporterre.net/spip.php?article3596

les sites de NDDLhttp://acipa.free.fr/ et http://zad.nadir.org/

Publié dans Actualités, Communiqués de presse, Grands Projets Inutiles et Imposés, Soutiens du PPLD | 3 commentaires

Que faire pour ne pas rester une poignée ?

la force politique de la décroissance reste insignifiante par rapport aux enjeux de notre temps : que faire maintenant dans la décroissance ?

Comment comprendre la lenteur de la quasi-totalité de la population, le médiocre intérêt pour la décroissance quand s’accélère l’épuisement des ressources naturelles et l’écocide, quand approche « l’effondrement » programmé ?
Quand, après 40 ans de confirmation des courbes du Club de Rome, nous sommons la société d’en tirer les conséquences, nous faisons face à de l’obscurantisme et à ce que l’on peut appeler un nouveau nihilisme.
Le monde croissanciste demande en quelque sorte à quelques Cassandre de ne pas croire en ce qu’ils savent. L’oligarchie et les décideurs ont évidemment intégré ces données imparables mais la quasi-totalité des peuples et de leurs dirigeants semblent dans l’incapacité de lire seulement ces données et témoignent dans leurs agissements, leurs croyances, leur imaginaire d’une légèreté suicidaire qui masque tout ce qui pourrait faire sens.
La croissance verte est la marque d’aujourd’hui d’une société de croissance qui veut faire croire aux populations de nos pays que son système peut durer. Le capitalisme, par essence croissanciste, est fondamentalement prédateur et ne peut aujourd’hui réaliser ses affaires qu’en saccageant de plus en plus la planète et en l’adaptant à ses besoins. Depuis 2005 et la Charte de l’Environnement gravée dans la Constitution de la 5° République, il est écrit dans le marbre que « les politiques publiques doivent promouvoir un développement durable. A cet effet, elles concilient la protection et la mise en valeur de l’environnement, le développement économique et le progrès social. »
La décroissance est inconstitutionnelle et la destruction de la nature s’intensifie.
Mais les escargots avancent longtemps, et de manière discrète. C’est dans leur nature.
Trop en avance aujourd’hui, nous pouvons penser apparaître en masse, au grand jour, lorsque les contradictions et l’impuissance du système capitaliste approchera le point de rupture : le collapse qui vient, l’effondrement maintenant imparable (voir les courbes du rapport au Club de Rome, toujours validées, un bon graphique en disant plus long qu’un long discours). (suite…)

Publié dans Billets du PPLD, Grands Projets Inutiles et Imposés | 1 commentaire

Hollande, Ayrault, Notre-Dame-Des-Landes sera votre Larzac

http://www.partipourladecroissance.net/wp-content/uploads/2008/12/logo-ppld.gif

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, destiné à remplacer en 2017 l’actuel aéroport de Nantes Atlantique, a été validé par l’État et les collectivités locales socialistes. Celui-ci est devenu le symbole des Grands Projets Inutiles Imposés (GPII).
8 mai 2012 un accord avait lieu entre une délégation du parti socialiste de Loire-Atlantique et des paysans alors en grève de la faim, qui s’opposaient aux expropriations et expulsions des terres de Notre-Dame-des-Landes. Un moratoire stoppait alors toute expulsion et suspendait les travaux. L’engagement était pris qu’ils pourraient rester dans leurs fermes jusqu’à la fin des derniers recours concernant les procédures engagées.

16 octobre 2012 : les occupant-e-s de la ZAD (Zone A Défendre), et des soutiens extérieurs, résistent aux expulsions et tentent de réoccuper les lieux vidés de leurs habitant-e-s. Les forces militaires en présence sont d’une ampleur sans précédent et lancent chaque jour des opérations de grande envergure afin de les en empêcher. Le silence des médias restent assourdissant.

L’abus de la violence légitimé par le gouvernement est inquiétant. Les protestataires sont inondés de gaz lacrymogène, les interpellations se font à tour de bras, comme si agir manu militari était l’unique alternative de notre société dite démocratique.

(suite…)

Publié dans Actualités, Communiqués de presse, Grands Projets Inutiles et Imposés, Soutiens du PPLD | 4 commentaires

Une loi pour la Croissance ? Parce qu’elle le vaut bien

http://decroissance.lehavre.free.fr/gatomou.jpg

Pourquoi la loi Macron ?

C’est une loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, l’intitulé de la loi Macron est clair quant aux objectifs affichés. Le recours à l’article 49-3 de la Constitution montre l’importance de ce texte pour le gouvernement : emblématique et surtout nécessaire pour enfin sortir notre pays de leur crise. Que dit la loi Macron et que propose-t-elle ? Est-elle à ce point nécessaire qu’il ait fallu se passer de l’avis de nos élus ?

Dessin de Jérôme Sirou (2008)

La loi Macron s’articule autour de trois grands principes : libérer, investir et travailler. Le gouvernement estimant que les moteurs de la croissance sont insuffisants, entend rénover le pays pour lui-même, le moderniser et en améliorer la croissance potentielle. Cette loi vise à agir sur tous les leviers pour favoriser la relance de la croissance, de l’investissement et de l’emploi.

La Croissance et le travail restent les seules issues pour que notre avenir soit radieux. Sans eux, point de salut. La loi Macron ne fait que confirmer l’inscription de la croissance dans le marbre républicain. Lutter contre cette croissance serait donc aller à l’encontre de l’intérêt général ou comment nous diaboliser, nous qui prônons non pas la décroissance de tout pour tous mais encore moins la croissance pour quelques-uns et l’austérité pour la majorité.

Manuel Vals, le premier ministre, était sans équivoque quand il s’exprimait le 10 décembre 2014 au sujet de la loi Macron : « Le sens, c’est tout faire pour la compétitivité et l’emploi, pour lever les blocages. Tout le monde doit accepter de changer ce qui ne fonctionne pas bien et ce qui pénalise l’activité, et donc l’emploi. Je sais que cette loi bouscule mais elle ne sert qu’un intérêt : l’intérêt général ».

La loi Macron est donc une énième tentative pour relancer la mégamachine capitaliste, un énième fumigène pour cacher la déliquescence d’un système qui cherche des solutions à des crises qu’il alimente. Clairement, cette loi a été faite pour sauver le système, pas pour en sortir. Clairement, elle a été faite pour renforcer l’oligarchie et la finance, pas pour viser à un mieux vivre ensemble, des meilleurs vivres ensembles.

Publié dans Actualités, Billets du PPLD, Communiqués de presse | 2 commentaires

Il était un petit navire qui n’avait jamais, jamais navigué….et pourtant !

Sujet d’actualité dont se sont emparés tous les médias, le limogeage de Delphine Batho m’interpelle aussi. Il faut savoir que « limogeage » est un terme d’origine militaire, qui n’est pas un licenciement, mais l’éviction à effet immédiat d’un gêneur.

Un rapide passage en revue de quelques sources médiatiques et on peut entendre chez « CALVI » ces phrases dites par les invités « chroniques » : « On est dans une période où il faut faire des économies » – « Elle n’avait pas de sens politique, mais des convictions » – « Elle n’a jamais travaillé dans une entreprise ou un organisme », elle lit les dossiers » – « si elle se met en rupture avec le PS, elle n’est plus rien » – « Proglio obtient le prolongement de toutes ces centrales le jour où Delphine Batho est limogée » – « Vous qui avez dû manier la chose écologique », et par les mêmes, apprendre que Monsieur Ayrault se glorifie de ce que son gouvernement va proposer « un nouveau modèle de société », on se demande bien lequel.

Avec l’écologie, les secteurs qui subissent des restrictions budgétaires sont l’agriculture, la culture, l’éducation et la défense. On se demande où sont les priorités de ce gouvernement qui n’a de « socialiste » que le nom ?
(suite…)

Publié dans Actualités, Billets du PPLD | Commentaires fermés sur Il était un petit navire qui n’avait jamais, jamais navigué….et pourtant !